La hausse se poursuit à la Bourse de Paris

le
0
DR
DR

(lerevenu.com) - La séance a donc été animée par une vague de publications d'entreprises, avec L'Oreal, Michelin, Faurecia ou encore Hermès... Demain, ce sera au tour du secteur bancaire de publier ses comptes, avec d'abord la Société Générale. Le secteur bancaire s'est d'ailleurs offert un assez copieux rebond ce mardi, alors que se tenait la réunion du G7, avant celle du G20 en fin de semaine. Les pays du G7 ont tenté d'apaiser les craintes des investisseurs alors que les projecteurs sont désormais tournés vers ce qui pourrait être un nouvelle "guerre des changes", dont l'épicentre se trouverait en Asie, et notamment au Japon...


ECO ET DEVISES

Les pays du G7 (Allemagne, Canada, Etats-Unis, France, Royaume-Uni, Italie et Japon) ont réaffirmé leur "engagement de longue date pour des taux de change déterminés par le marché", permettant ainsi d'apaiser pour le moment les craintes autour d'une possible "guerre des monnaies" Le G7 a également assuré que ses membres ne se fixeraient pas "d'objectif de taux de change". "Une volatilité excessive et des mouvements désordonnés dans les taux de change peuvent avoir des implications défavorables pour la stabilité économique et financière", a expliqué le communiqué. "Nous continuerons à nous consulter étroitement sur les changes et à coopérer de façon appropriée" et "nos politiques budgétaires et monétaires ont été et resteront orientées vers nos objectifs nationaux respectifs en utilisant des instruments nationaux".

Le président des États-Unis, Barack Obama, tiendra ce soir son discours sur l'État de l'Union. Pour ce début de second mandat, Obama devrait disserter notamment sur la croissance économique, l'emploi et la réduction des déficits.

L'agence Moody's Investors Service a estimé ce mardi que les risques pesant sur l'économie mondiale avaient diminué durant les trois derniers mois. Même si certains dangers subsistent, l'agence de notation constate donc une récente accalmie. Les prévisions économiques de Moody's n'ont guère évolué, l'agence tablant sur une reprise globale contenue, avec des croissances inférieures à la tendance dans la majeure partie des économies avancées à court terme. Le rythme de croissance dans les marchés émergents est attendu assez limité. L'agence table sur une croissance réelle de l'économie des pays du G20 de 2,9% cette année, puis 3,3% l'an prochain. Néanmoins, concernant spécifiquement la Zone euro, Moody's anticipe une stagnation en 2013...

Après l'Espagne, l'Italie était également présente sur le marché obligataire souverain ce matin. Rome est parvenue à lever 8,5 Milliards d'euros de bons à 1 an avec un taux moyen de 1,094% contre 0,864% le 10 janvier. Le taux de couverture a atteint 1,38 contre 1,79 le mois dernier. Sur cette même échéance, Madrid avait levé un peu plus tôt 3 MdsE à un rendement moyen de 1,548%.

Les prix à la consommation britanniques se sont repliés de -0,5% en janvier, conformément à ce que prévoyaient les économistes, ont annoncé à 10h30 les services statistiques britanniques. Sur un an, l'inflation ressort comme prévu à 2,7%. L'IPC de base est même un peu moins conséquente que prévu, à 2,3%. En décembre, les prix affichaient déjà une progression de 2,7% sur un an. Aux Etats-Unis, le budget de janvier sera dévoilé à 20h00 (consensus-2 milliards de dollars).
La parité euro / dollar atteint 1,3455 entre banques.

VALEURS EN HAUSSE

* Rexel (+6%). Les investisseurs saluent la publication du distributeur de matériel électrique. Au 4ème trimestre, le groupe a vu son EBITA atteindre 206,2 Millions d'euros, en hausse de 1,3%, pour un chiffre d'affaires de 3,439 Milliards d'euros, en croissance de 2,9% en données publiées, mais en retrait de -4,7% sur une base comparable. Le bénéfice net récurrent s'établit à 100,1 ME (-9,9%), tandis que le flux net de trésorerie disponible avant intérêts et impôts a progressé de 9,5% à 398,9 ME. Les analystes visaient en moyenne 3,508 MdsE de revenus, 204 ME d'EBITA ajusté (5,8% de marge) et 96,30 ME de bénéfice net ajusté. Pour l'exercice en cours, Rexel table sur une marge d'EBITA ajustée stable à 5,7%, et sur un flux de trésorerie avant intérêts et impôts supérieur à 600 ME, soit des performances proches de celles de 2012.

* Haulotte grimpe de 4%. Le groupe doit publier demain son chiffre d'affaires de l'exercice 2012, attendu à 356,5 millions d'euros en croisant les anticipations de 6 analystes, soit une croissance de 16,2% sur un an. Après 9 mois d'activité, la société avait enregistré une croissance de 16% en glissement annuel à 261,2 millions d'euros. La direction avait signalé que la tendance de fin d'année devrait approcher celle qui prévalait à fin septembre.

* L'Oréal monte de 3,8% après une solide publication annuelle. Les analystes campent sur leurs positions ce matin, non sans ajuster en hausse, pour certains, leurs anticipations. SocGen et Deutsche Bank ont ainsi réitéré leur avis à "conserver", tandis que Jefferies et Bryan Garnier confirmaient être à l'achat.

* BNP Paribas : Les bancaires s'offrent un rebond avant les publications trimestrielles du secteur, soutenues par les dernières déclarations du G7 concernant le marché des changes : Société Générale progresse de 3,5% avec Crédit Agricole (+3%) ou encore BNP Paribas (+2,8%).

* Naturex progresse de 3%, porté par sa dernière publication. Le groupe a clôturé 2012 sur un chiffre d'affaires de 299,82 ME, en croissance de 18,2% sur une base publiée, et de 13,9% à changes comparables. Sur le seul 4ème trimestre, l'activité a bondi de 22,9% en données publiées et de 20% à changes comparables, soit la meilleure performance trimestrielle de l'exercice. La société a bénéficié des intégrations de quatre sociétés entre les deux périodes, qui ont apporté quelque 7% des revenus.

* Pernod Ricard prend 1,7%, soutenu par le relèvement de la recommandation d'UBS à l'achat ce matin, pour un objectif porté de 85 à 100 euros. Pourtant, le courtier attend des résultats faibles pour le premier semestre de l'exercice, et note que le sentiment est plutôt négatif sur le dossier. Mais il indique aussi que l'entreprise affiche les meilleures perspectives de croissance organique du secteur à moyen terme, si bien qu'il existe une opportunité d'achat.

* Sanofi gagne encore 1,5% après avoir rebondi de 3,4% hier, alors que l'agence américaine du médicament a retoqué les insulines de Novo Nordisk pour des raisons de sécurités cardiovasculaires exigeant davantage de tests... Une décision de la FDA qui devrait signifier 3 années de retard et repousser l'autorisation de ces 2 produits à 2016. Une aubaine pour Sanofi et son Lantus ! Oddo revient sur ses annonces ce matin en estimant que la journée d'hier a été riche en nouvelles pour Sanofi : "D'une part le principal concurrent de Lantus, Tresiba de Novo Nordisk, n'arrivera pas sur le marché US avant 2016. D'autre part Sanofi cherche à monter jusqu'à 30% du capital de son partenaire biotech Regeneron... Ces informations qui démontrent les opportunités dont Sanofi dispose dans 2 plateformes qui vont fortement contribuer à la croissance du groupe dans les prochaines années : le diabète et la biotechnologie". Le broker est ainsi à l'achat sur le dossier en visant un cours de 82 euros.

* Hermès International (+1,4%). La publication est encore en tous points parfaite, puisque le groupe a non seulement dépassé ses objectifs et les attentes de la place en matière de chiffre d'affaires, mais encore a-t-il relevé sa projection de marge opérationnelle 2012, qui dépassera finalement le niveau record atteint en 2011, alors que la direction anticipait jusque-là, au mieux, de l'égaler.

VALEURS EN BAISSE

* Michelin cède 4,3% après la publication des comptes 2012. Le groupe a certes impressionné avec une génération de free cash flow largement supérieure aux attentes sur l'exercice écoulé, mais il a aussi déçu sur ses volumes et sur ses perspectives.

* Bouygues a reculé de 1,7% après avoir enregistré deux séances de hausse.

* Faurecia perd 1,4%. Les résultats publiés ce matin par le groupe ne suscitaient guère d'interrogations, puisque l'équipementier en avait fourni la teneur dès la mi-janvier, en marge d'un avertissement sur le niveau de sa dette... Cette année, Faurecia anticipe ainsi une nouvelle contraction de 4 à 5% du marché européen. Le groupe a défini trois priorités. D'une part, l'amélioration significative de la performance opérationnelle en Amérique du Nord, d'autre part la poursuite de l'ajustement des frais fixes en Europe et enfin le déploiement d'une politique.

* Danone cède 1% après avoir déjà reculé de 0,2% hier.

* Derichebourg chute de 0,7% après l'annonce d'un chiffre d'affaires trimestriel de 835,5 ME, en progression de 3,7% et de 1,8% en organique. L'EBITDA courant consolidé s'est élevé à 36 ME sur cette période, en baisse de 12%. Le groupe escompte "une progression année complète" de l'activité des deux pôles Services aux entreprises et Services aéroportuaires. Il met en oeuvre des plans d'action pour adapter les Services à l'environnement au niveau de l'activité observée et pour améliorer sa performance commerciale.

* France Telecom (-0,6%). Alors que son cours de bourse est chahuté à Paris, dans le sillage des mauvais chiffres de sa filiale polonaise TPSA, l'opérateur français a publié une petite mise au point. Les annonces de TPSA "n'ont pas d'incidence sur les perspectives communiquées aux investisseurs pour ses exercices 2012 et 2013" indique l'opérateur, notamment concernant les engagements pris en matière de rémunération des actionnaires. La filiale polonaise a encore réduit ses projections de dividende après une fin d'exercice difficile.

Finance Plus, édité par Lerevenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant