La hausse du chômage accélère, le seuil de 5 millions franchi

le
20
LE CHÔMAGE EN FRANCE
LE CHÔMAGE EN FRANCE

PARIS (Reuters) - La hausse du chômage s'est encore accélérée en mai et le nombre de demandeurs d'emploi inscrits en catégories A, B et C a franchi le seuil symbolique de 5 millions en métropole, selon les chiffres diffusés jeudi par le ministère du Travail.

Le nombre des demandeurs d'emplois inscrits en catégorie A (sans aucune activité), a progressé de 24.800, soit 0,7%, en métropole, ce qui porte leur total à un nouveau record de 3.388.900.

En ajoutant les catégories B et C (les personnes ayant exercé une activité réduite), le nombre d'inscrits à Pôle emploi a augmenté de 34.300, soit 0,7%, pour s'élever à 5.020.200 en métropole et 5.320.000 en incluant les départements d'Outre-mer.

Sur un an, la hausse est de 4,1% pour la catégorie A en métropole et de 4,8% pour les catégories A, B et C.

"Ces chiffres ne sont pas bons", déclare le ministère du Travail dans un communiqué. "Ils sont le reflet d'une croissance plus faible que prévue au premier semestre qui entraîne des destructions nettes d'emplois marchands."

Selon le ministère, "les efforts que le gouvernement continue de déployer doivent permettre d'endiguer cette progression au second semestre 2014".

TOUS LES ÂGES TOUCHÉS

Le nombre de demandeurs d'emploi augmente toutes catégories d'âge confondues, les plus âgés étant les plus touchés, que ce soit pour la catégorie A ou pour les catégories A, B et C.

Ainsi, le nombre de demandeurs d'emplois de plus de 50 ans, en hausse ininterrompue depuis début 2008, a progressé de 0,8%pour la catégorie A et de 0,8% pour A, B et C. Sa hausse atteint 11,5% sur un an pour la catégorie A et 11,1% pour A, B et C.

Dans le même temps, le chômage des jeunes a augmenté de 0,4% en catégorie A et de 0,6% en A, B et C, même si le recul sur un an persiste (-3,1% pour la catégorie A et -1,6% pour A, B et C).

Le nombre de demandeurs d'emploi de longue durée, inscrits depuis un an ou plus à Pôle emploi, s'est accru de 0,8% en mai, sa progression sur les douze derniers mois atteignant 10,3%.

L'Insee a annoncé mardi prévoir une hausse du taux de chômage au deuxième trimestre, à 10,2% de la population active (9,8% en France métropolitaine), un niveau auquel il se maintiendrait sur le reste de l'année.

L'Unedic avait quant à elle relevé le mois dernier sa prévision du nombre de demandeurs d'emploi cette année et prévoit encore une hausse l'an prochain.

Selon le gestionnaire de l'assurance chômage, le nombre de chômeurs en catégorie A augmentera de 103.000 en 2014 et de 60.100 en 2015.

Selon l'Insee, la croissance de l'économie française sur les trois derniers trimestres de l'année, que l'institut attend à 0,3%, sera trop faible pour faire reculer le chômage.

Des économistes estiment qu'il faudrait au moins 0,4% pendant plusieurs trimestres pour voir une amélioration et ils soulignent qu'il y a toujours un décalage de deux à trois trimestres entre la reprise de l'économie et celle de l'emploi.

Le patronat et certains économistes soulignent en outre que les entreprises n'ont pas adapté leurs effectifs au recul de l'activité qu'elles ont enregistré ces dernières années, ce qui freinera le rebond espéré quand la croissance reviendra.

(Jean-Baptiste Vey, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jf2007 le jeudi 26 juin 2014 à 18:26

    retournez votre écran et vous verrais la courbe s'inverser!!!je peux devenir conseiller à l'élysée. non!

  • JODHY le jeudi 26 juin 2014 à 18:26

    "la courbe va s'inverser""je n'ai jamais eu de compte en Suisse" " je sens la reprise" j'ai ma boite a outils" sacré visionnaire notre Flam.by

  • remimar3 le jeudi 26 juin 2014 à 18:26

    Une bonne piqure de rappel pour ceux qui avaient oublié les différents exercices du pouvoir par la gauche dans les années 80-90. Ah les naïfs, ils y ont cru ! M'enfin la droite les a bien aidés avec l'hyperactivité législative de 2007-2012 ponctuée de revirements débouchant sur rien. En 2007 on attendait un visionnaire et on a eu un agité à courte vue.

  • soulamer le jeudi 26 juin 2014 à 18:25

    maintenant avec Montebourd ils peuvent nationaliser et faire fabriquer des sacs a la main.....

  • soulamer le jeudi 26 juin 2014 à 18:23

    fabriquaient les sacs dorénavant inderdits? non au mieux y'aura un transfert une adaptation mais de la création d'emplois surement pas au mieux une stagnation

  • M7346902 le jeudi 26 juin 2014 à 18:23

    on voit que le gouvernement a baissé les bras sur ce sujet . la suite, je la connais : ça va etre la faute du patronat qui ne joue pas le jeu du pacte de comptétitivité qui devait à lui seul tout résoudre ...

  • srousse4 le jeudi 26 juin 2014 à 18:23

    honnetement , cela ne m'etonne pas !! comme rien de bouge pour améliorer notre compétitivité les entreprises se replient sur elles même !! moralité : tous départ est une opportunité et source de productivité !!j'avais prédit 4M de chomeurs en fin de mandat de hollande ( mais qui peut voter pour une équipe pareil !!!) , malheureusement je vais avoir raison avant

  • soulamer le jeudi 26 juin 2014 à 18:22

    Incroyable d'entendre Segolene dire que l'arret des sacs plastiques va creer des emplois dans la fabrication de sacs plastiques biodégradables c'est vraiment de l'effet d'annonce d'une mesquinerie impensable! ils vont devenir quoi ceux qui fa

  • JODHY le jeudi 26 juin 2014 à 18:21

    "Il ne faut pas le blâmer; il ne peut pas s'occuper en même temps du Mali, du Centrafrique de l'Ukraine et du chômage en France..." et de JULIE

  • JODHY le jeudi 26 juin 2014 à 18:20

    évidemment