La hausse des taux de crédit immobilier pour tous... ou presque

le
0

Selon Explorimmo, les emprunts à moins de 2% sur 20 ans se font de plus en plus rares, y compris pour les meilleurs profils.

La fin des taux de crédit à moins de 2 % sur 20 ans se rapproche ? Dans son dernier baromètre Vousfinancer.com note que les profils les plus solides éprouvent de plus en plus de difficultés  à emprunter en dessous de 2 %. La hausse des taux entamée cet été, n'épargne donc, plus personne. Même "les chouchous des banques", c'est à dire des couples possédant au moins 4 000 € de revenus et 10 % d'apport, voient leur taux d'intérêt progresser un peu partout en France. Exemple sur une durée de 20 ans, les excellents dossiers doivent compter sur des taux autour de 2,2 % à Paris, 2,35 % à Lille ou 2,15 % à Lyon. Les villes qui demeurent encore en deçà de 2 % se comptent sur les doigts d'une seule main : Bordeaux (1,95%) ou Metz (1,9%).

En corollaire de la remontée des taux, les renégociations de crédit reculent. Cette opération représente dorénavant chez Vousfinancer.com 25 % de l'ensemble des nouvelles demandes de crédit... contre 50 % en juin. Pour cause, les renégociations "concernent potentiellement moins de crédits et deviennent moins rentables", analyse Sandrine Allonier, responsable des relations banques. Une nouvelle positive  "d’un point de vue opérationnel ». Pourquoi ? Tout simplement parce que l’engorgement des demandes se réduit ce qui contribue ainsi à « un retour à la normale des délais de traitement".  Les nouveaux barèmes « premium » des taux de crédit immobilier montrent que les revenus sont un critère déterminant "davantage encore que l’apport ou le niveau d’endettement". Pour cause, le bas niveau des taux depuis début 2015 a permis aux banques d'atteindre leurs objectifs de production de crédit. Du coup elles ont tendance à être « plus sélectives » et à favoriser les personnes avec lesquelles « elles pourront mettre en place une vraie relation sur le long terme » soupire Jérôme Robin président fondateur de Vousfinancer. Enfin, bonne nouvelle pour les primo accédants. Ils figurent parmi les profils qui intéressent les établissements bancaires. Car "toute la relation est à construire" entre eux et la banque. Mais là encore, on s'en doute, la sélection est sévère !

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant