La hausse des loyers ralentit partout en France

le
1
PavelShynkarou/Shutterstock.com
PavelShynkarou/Shutterstock.com

(Relaxnews) - Que ce soit à Paris ou dans les grandes métropoles régionales, le début de l'année 2013 rime avec recul des hausses de loyers de marché, selon Clameur qui publie mercredi sa note de Conjoncture du marché locatif privé.

A fin mai 2013, les loyers ont augmenté de 0,5% en rythme annuel contre 1% en 2012. D'après l'observatoire Clameur qui vient de dévoiler son tableau de bord trimestriel sur les loyers de marché à fin mai 2013, ils continuent depuis 2006 de croître moins vite que l'inflation. "Bien que le marché retrouve habituellement des couleurs avec l'arrivée du printemps, les évolutions ne prêtent guère à l'optimisme", analyse Michel Mouillart, professeur d'économie à l'Université Paris Ouest.

Coup de frein dans toutes les métropoles

Dans 30% des villes de plus de 146.000 habitants observées par Clameur depuis 2000, le début de cette année est à la baisse pour les loyers de marché. C'est notamment le cas à Paris, mais aussi à Bordeaux, Le Havre, Le Mans ou encore à Rennes, "où ils baissaient déjà en 2012 et où la progression des loyers est très modérée depuis 2006", continue l'universitaire. Et quand hausse des loyers il y a, elle reste très faible, et souvent consécutive à une baisse, comme à Grenoble, Marseille, Montpellier, Strasbourg ou Villeurbanne. Ce ralentissement des loyers "illustre les difficultés du marché, dans le contexte d'une dépression sévère de la demande : contrecoup de la demande et baisse du pouvoir d'achat", précise Michel Mouillart.

Les grandes surfaces plus affectées

Pour les loyers des studios et une pièce, la baisse est quasi équivalente par rapport à l'année dernière. En revanche, pour les biens plus grands le ralentissement est marqué d'après Clameur. Sur les deux pièces et les quatre pièces et plus, le rythme de la hausse des loyers de marché est même deux fois moindre qu'à la même période un an plus tôt. Et parmi les locations nouvelles et les relocations du secteur privé, "une part non négligeable est présentée sur les marché à des loyers inférieurs aux loyers plafonds des logements locatifs sociaux", conclut le professeur.

slh/ls

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • eskimmo le jeudi 23 mai 2013 à 13:35

    La hausse étant inférieure à l'IRL, cela veut dire que les loyers à la relocation baissent.