La Hague :« Pas d'autres choix que faire des économies »

le , mis à jour à 07:51
2
La Hague :« Pas d'autres choix que faire des économies »
La Hague :« Pas d'autres choix que faire des économies »

Parce qu'elle accueille plusieurs sites nucléaires importants, la Hague (Manche) est aussi un des bouts de France les plus riches. Conséquence : ce « canton » de 12 000 habitants est dans le top 5 des territoires à qui l'Etat demande le plus pour redresser les comptes publics. « A ce rythme-là, notre Monaco du Nord va vite redevenir un territoire comme les autres », grince le président (sans étiquette) de la communauté de communes de la Hague, Michel Canoville.

 

Il doit en effet reverser cette année 1,5 M€ à l'Etat. Cela pourrait paraître dérisoire au regard de son mirobolant budget de près de 50 M€. Et pourtant... « Que nous soyons contributeurs, c'est tout à fait normal. En revanche, cette solidarité va finir par peser sur nos collectivités, aussi bien loties soient-elles. Nous avons beaucoup investi pour faire vivre ce territoire. Nous employons directement ou indirectement près de 500 agents. Pour maintenir cette masse salariale, il nous faut rentrer 300 000 € nets par an. »

 

Diminution des manifestations culturelles

 

Ces 300 000 € étaient jusque-là assurés par la simple contribution économique, en grande partie issue de l'activité d'Areva. « Or, l'Etat aujourd'hui ampute clairement ces bénéfices. Donc on n'a pas d'autre choix que de faire des économies... » D'ores et déjà, la collectivité a diminué de 2 à 5 % les frais de fonctionnement de chaque service. Ce qui s'est traduit par une diminution du nombre de manifestations culturelles, l'augmentation du prix du portage des repas à domicile ou la création d'une taxe sur les ordures ménagères. « Voilà le type de changements auxquels il faut qu'on s'habitue même si on ne peut pas dire que ce soit anormal », poursuit l'élu.

 

Les communes ne sont pas non plus en reste. Sur ce territoire, Digulleville compte 300 habitants et un budget de 1,8 M€. Une manne qui vient en grande partie du centre de stockage de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • tomclair il y a 3 mois

    C'est une blague pour les Dom/Tom j'espère? C'est déjà un gouffre financier ce système et cela depuis plusieurs dizaines d'années. Il est temps de mettre de l'ordre dans les DOM/TOM.

  • bearnhar il y a 3 mois

    Ah parce qu'ils ne payaient pas la taxe d'or-du-res ménagères ? Et qui payait pour ce service, Areva, donc nous ? Et il y en a beaucoup comme ça ? Il va etre temps que tout le monde assume ses charges dans ce pays. Penser aussi à s'occuper des iles et dom/tom. Découverte, le ramassage et traitement des déchets, c'est pas gratuit...J'aimerai bien savoir si tout ce que nous coute Areva est en rapport avec son métier.