La Guinée tient tête à la Côte d'Ivoire

le
0
La Guinée tient tête à la Côte d'Ivoire
La Guinée tient tête à la Côte d'Ivoire

Le statut de poids lourd a trop pesé sur les épaules des Eléphants, incapables de se défaire de Guinéens buteurs sur la première occasion. Ils ont certes évité le pire grâce à Doumbia, entré en jeu, mais ont perdu Gervinho, expulsé pour une belle tarte.


Côte d'Ivoire - Guinée
(1-1)

S. Doumbia (73') pour Côte d'Ivoire , M. Yattara (37') pour Guinée.


Ce Côte d'Ivoire-Guinée, c'était beaucoup de choses. Une opposition d'entraineurs français entre la belle gueule d'Hervé Renard et le regard inquiétant de Michel Dussuyer. Une équipe considérée comme potentiel favori contre une autre qualifiée en catastrophe parce qu'elle s'est dévouée pour organiser la compétition. Des mecs évoluant en Premier League, avec Yaya Touré, meilleur joueur de Manchester City en fer de lance, contre des remplaçants de Ligue 2, ou à la rigueur de Ligue 1, comme Florentin Pogba, forcément moins fort que son frère. Une opposition donc déséquilibrée sur le papier. Les aléas de la CAN : un ballon dégonflé, qu'il faut donc changer, le flux qu'on perd, laissant place à des images des tribunes, laissant penser qu'on a zappé sur TV5 Monde.E t puis il y a eu la réalité du terrain : un David vaillant, buteur sa première occasion, un Goliath à réaction, qui a attendu d'être à 10 pour se réveiller, Gervinho étant devenu fou. Un remplaçant décisif en la personne de Doumbia, que tout le monde réclamait. Et à la fin, un goût d'inachevé de part et d'autre. En somme, beaucoup de choses symboliques, pas grand-chose en vrai, parce qu'on s'est quand même pas mal ennuyé. La Côte d'Ivoire a évité le pire, mais devra faire bien mieux pour espérer plus.
La première est la bonne
Autant dire qu'on n'a pas vu beaucoup de football. S'il faut vraiment en parler, disons que la Guinée, victime annoncée, était loin d'être ridicule. En début de match, les Ivoiriens, malgré leur supériorité évidente sur le papier, semble timides, empruntés, peu en confiance. Yaya Touré ne touche que peu de ballon, et le jeu manque de fluidité, notamment à cause d'un terrain glissant parce copieusement arrosé. Dans ces conditions, c'est d'un contre que nait la première occasion du match: Gervinho mange l'espace et sert Bony, dont la frappe est contrée. Gervais tente ensuite sa chance, mais c'est dévié sur la barre par Yattara, le portier...








Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant