La guerre secrète contre l'Iran retarde la bombe

le
0
Le virus informatique Stuxnet, réputé avoir provoqué l'arrêt d'un cinquième des centrifugeuses atomiques installées par Téhéran, aurait été mis au point par Israël et les États-Unis.

«Nous sommes en guerre contre l'Iran. La plus grande partie de cette guerre est clandestine. Et les deux parties ont intérêt à ce qu'elle reste secrète », affirmait mardi Efraim Halevy, ancien directeur du Mossad, les services de renseignements israéliens, invité du Center of Political and Foreign Affairs (CPFA). Cette «guerre secrète», dont il ne dévoile pas les détails, s'incarne, pour les observateurs de la scène iranienne, par un virus nommé Stuxnet, dressé pour dévorer, ou au moins blesser, le programme nucléaire iranien. En infectant un logiciel Siemens utilisé par ce programme, il a entrepris de saboter le fonctionnement des centrifugeuses iraniennes produisant de l'uranium enrichi.

Restées jusqu'à présent très discrètes sur le sujet, assurant que les dégâts de Stuxnet avaient été limités, les autorités iraniennes ont récemment accusé les États-Unis, par la voix du négociateur Saeed Jalili, d'être derrière cette cyber­attaque aussi puissante...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant