La guerre du Nil Bleu rebondit entre l'Éthiopie et l'Égypte

le
0
INFOGRAPHIE - L'Éthiopie a engagé cette semaine la construction d'un barrage qui ambitionne d'être le plus grand d'Afrique. L'Égypte, qui ne doit sa survie qu'au grand fleuve, s'inquiète de l'impact de ce projet sur ses ressources en eau.

La «guerre» de l'eau entre Le Caire et Addis Abeba vient de rebondir. L'Éthiopie a commencé mardi à détourner le cours du Nil Bleu pour construire un barrage. Le gouvernement éthiopien, qui ambitionne de devenir le premier producteur d'électricité en Afrique, voit grand. «Renaissance» - c'est son nom - sera le plus important du continent avec une capacité de 5250 mégawatts. Il devrait entrer en fonction dans cinq ans. Si tout va bien. Car ce projet pharaonique ne fait pas l'unanimité dans la région. L'Égypte, notamment, redoute qu'une redistribution des eaux du Nil ne la transforme à terme en désert.

Mais, comme l'a remarqué un ministre éthiopien, «l'eau du Nil appartient à tout le monde». Ce n'a pas été toujours le c...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant