La guerre des nerfs a débuté entre Hollande et ses alliés 

le
2
Les écologistes posent au candidat PS des exigences en forme d'ultimatum.

La gauche plurielle de Lionel Jospin ne fut pas le Front populaire de Léon Blum. Le «rêve français» de François Hollande ressemblera-t-il à l'union de la gauche de François Mitterrand ? Rien n'est moins sûr. Depuis la désignation du candidat socialiste, le ton s'est durci entre les potentiels partenaires de gauche.

Pourtant, lorsqu'il était premier secrétaire, François Hollande plaidait pour une nouvelle alliance entre le PS et ses partenaires de la «gauche durable». Maintenant qu'il est candidat à la présidentielle, il va pouvoir tester la solidité de l'alliage qu'il voulait construire, et dont il commence à subir les coups de boutoir. Europe Écologie-Les Verts (EELV), comme le Front de gauche, pose des exigences à un accord, tout en critiquant ses positions.

«La victoire se fait au premier tour»

Dans le JDD, la patronne des écolos, Cécile Duflot, a prévenu. «Après Fukushima, la sortie du nucléaire est un horizon obligatoire, même si, pour certains, ces

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jevoq le lundi 24 oct 2011 à 21:43

    Son plan consistait en une réduction progressive de 75% à seulement 50% du nucléaire dans la production d'électricité d'ici 2025. Cela ne suffit pas pour EELV. Donc: première reculade probable pour Hollande. On va voir si il est aussi dur qu'il veut le faire croire...

  • M8637171 le lundi 24 oct 2011 à 20:54

    Difficile pour Hollande de faire la synthèse entre les surenchères irréalistes des verts et la sauvegarde des emplois et la limitation de notre facture énergétique qui passent par le maintien du nucléaire. mais il aurait fallu que le PS soit plus clair et plus combatif plus tôt.