La "guerre des esprits" décisive contre le terrorisme-général

le
0
    PARIS, 21 mars (Reuters) - La bataille des valeurs et des 
esprits est décisive dans la lutte contre le terrorisme, estime 
le chef d'état-major de l'armée de terre française, qui met en 
garde contre l'"ambition irréaliste" d'une destruction totale de 
l'adversaire. 
    "Nul n'est victorieux de façon absolue : c'est toujours face 
à un ennemi que nous sommes vainqueurs", souligne le général 
Jean-Pierre Bosser dans une tribune parue lundi dans Le Figaro.  
    "Sans cette considération dialectique, nous sommes tentés de 
nourrir l'ambition irréaliste et improductive d'une destruction 
totale de l'adversaire pour qu'il ne reste que nous, biaisant 
alors notre raisonnement stratégique", ajoute-t-il. 
    Au lendemain des attentats du 13 novembre à Paris et 
Saint-Denis, le Premier ministre Manuel Valls, à la suite de 
François Hollande, avait annoncé que la France, "en guerre", 
frapperait l'Etat islamique, "cet ennemi, pour le détruire". "Et 
nous gagnerons cette guerre", avait-il dit. 
    La France, qui est engagée militairement dans la lutte 
contre l'EI depuis 2014 en Irak et depuis septembre dernier en 
Syrie, voit le nombre d'aspirants djihadistes continuer 
d'augmenter.  
    Plus de 600 Français ou personnes résidant en France sont 
actuellement en Syrie et en Irak, dans les rangs djihadistes, 
dont plus d'un tiers de femmes, a rappelé le week-end dernier le 
Premier ministre Manuel Valls  ID:nL5N16S0JV . 
    A titre de comparaison, ils étaient 410 à être présents dans 
ces deux pays en février 2015.  
    L'"'offre de valeur'" de l'EI "est séduisante", indique le 
général Bosser. "Nous devons, pour gagner la guerre, prendre 
l'ascendant sur le champ des esprits par une offre supérieure."  
   
    "C'est dans l'inversion du rapport de forces du champ des 
esprits que réside notre aptitude à gagner la bataille des 
valeurs", poursuit-il. "Cette bataille est décisive pour la 
victoire, elle doit être le point d'application de tous les 
efforts de la nation". 
    Aux yeux du chef d'état-major, le recrutement de 20.000 
jeunes cette année au sein de l'armée de terre et la réserve, 
remise à l'honneur depuis les attentats du 13 novembre, 
contribuent à l'esprit de résistance et à la cohésion nationale, 
deux points fondamentaux pour renforcer "les défenses 
immunitaires du pays".  
 
 (Marine Pennetier, édité par Sophie Louet) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant