La guerre d'Obama contre le terrorisme 

le
0
Son ambition de rompre avec les méthodes expéditives de George W. Bush s'est heurtée au principe de réalité.

Si quelqu'un s'est heurté de près aux casse-têtes juridiques posés par l'héritage de l'Administration Bush en matière de lois et de pratiques antiterroristes, c'est bien Gregory Craig, cet avocat chevronné au casque de cheveux blancs qui fut le conseiller de Bill Clinton pendant sa procédure de destitution, avant de devenir le conseiller juridique du président Obama en janvier 2009. Nommée à ce poste ultrasensible dès les premières heures de la transition, cette figure influente du Parti démocrate présida notamment le groupe de travail chargé de rédiger les fameux décrets présidentiels sur l'interdiction de la torture et la nécessité de fermer Guantanamo «en un an». Ces derniers allaient être signés en grande pompe dès les 21 et 22 janvier par le président, qui souhaitait faire de ce dossier l'un des actes fondateurs de son premier mandat.

«Barack Obama jugeait que certaines des politiques de Bush dans ce domaine n'étaient pas en adéquation avec les vale

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant