La guerre Copé-Fillon décryptée par un psy

le
0
Pour le psychanalyste Jean-Pierre Winter, auteur de Les hommes politiques sur le divan (Calmann-Lévy), l'image des deux hommes a souffert de leur affrontement.

LE FIGARO - Comment analysez-vous l'affrontement entre Jean-François Copé et François Fillon depuis un mois?

Jean-Pierre WINTER - C'est ce que j'appellerai la «frérocité». C'est un effet de la stratégie mise en place par Nicolas Sarkozy, qui consistait à tenir la balance égale entre les deux, parce que chacun sait que pour régner, il vaut mieux diviser. Cela crée de l'émulation, mais quelquefois cela peut créer une rivalité morbide... La rivalité devient d'autant plus accentuée et morbide dans un même camp, qu'ils ont perdu un ennemi commun. L'ennemi de l'UMP n'est plus unique: pour une grande partie de l'UMP, l'ennemi est le Front national, pour l'autre partie, c'est le Parti socialiste.

Une fois que l'on a tout perdu, ce que l'on peut espérer gagne...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant