La guerre au Yémen, l?autre Gaza

le
0
Des Yéménites à la recherche de survivants après le bombardement par l'aviation de la coalition arabe de leur maison dans la vieille ville de Sanaa, le 12 juin 2015.  
Des Yéménites à la recherche de survivants après le bombardement par l'aviation de la coalition arabe de leur maison dans la vieille ville de Sanaa, le 12 juin 2015.  

À l'abri des regards, le pays le plus pauvre de la péninsule arabique vit un véritable drame humanitaire. Depuis le début de l?opération militaire arabe lancée le 26 mars par l?Arabie saoudite contre les rebelles chiites houthis, au moins 2 600 personnes, dont un grand nombre de civils, ont perdu la vie. Quelque 11 000 ont été blessées, et plus d?un demi-million de personnes ont été déplacées. "La situation est catastrophique et se détériore de jour en jour", s'alarme Grant Pritchard, responsable de l'ONG Oxfam pour le Yémen. "21 millions de Yéménites sont aujourd?hui touchés par le blocus de facto exercé sur le pays, soit 80 % de la population."

Baptisée "Tempête décisive" avant d?être renommée "Restaurer l?espoir", la campagne militaire dirigée par Riyad vise officiellement à appliquer les termes de la résolution 2216 du Conseil de sécurité de l?ONU. Adopté le 14 avril, le texte exhorte les rebelles houthis (issus du zaïdisme, une branche dissidente du chiisme qui représente un tiers de la population yéménite) de se retirer des zones conquises depuis septembre 2014 (notamment la capitale Sanaa) afin de permettre le retour au pays du président légitime Hadi, élu en février 2012 et réfugié en Arabie saoudite.

Blocus saoudien

Entre les lignes, le royaume saoud souhaite avant tout reprendre la main dans un pays qu?il a toujours considéré comme son arrière-cour face à l?Iran chiite, son...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant