La grotte de Lourdes rouvre, 2 millions d'euros de dégâts

le
1
DEUX MILLIONS D'EUROS DE DÉGÂTS APRÈS LES INONDATIONS À LOURDES
DEUX MILLIONS D'EUROS DE DÉGÂTS APRÈS LES INONDATIONS À LOURDES

par Jean Décotte

TOULOUSE (Reuters) - La grotte de Lourdes (Hautes-Pyrénées) a été rouverte aux pèlerins lundi après les inondations qui ont fait environ 2 millions d'euros de dégâts ce week-end dans les sanctuaires de la ville, a-t-on appris auprès de l'économe du diocèse.

La montée des eaux du Gave de Pau, qui traverse les sanctuaires, a nécessité samedi l'évacuation de plus 400 pèlerins et la fermeture de nombreux édifices religieux. Le niveau de l'eau a atteint plus d'un mètre à certains endroits.

La mairie a demandé lundi la reconnaissance de l'état de catastrophe naturelle, a dit à Reuters le maire Jean-Pierre Artiganave, qui a souligné que les principaux dommages concernaient surtout cinq ou six hôtels de la ville basse.

"Les dégâts sont très importants là, et pas forcément dans le domaine public", a-t-il expliqué, ajoutant qu'il faudrait évaluer dans les semaines à venir l'état des ponts de la ville, qui ont pu être heurtés par "des souches d'arbres colossales".

La ministre déléguée au Tourisme Sylvia Pinel s'est rendue lundi matin dans la ville, deuxième commune hôtelière de France.

Ces inondations sont intervenues au pire moment pour les sanctuaires de Lourdes, qui souffrent d'un recul de leurs ressources sur fond de crise économique et ont accusé en 2011 un déficit de plus d'un million d'euros.

"On a procédé à un premier chiffrage de 2 millions d'euros de dégâts, qui concerne la centrale hydro-électrique, les ponts, la voirie", a dit à Reuters Thierry Castillo, qui est également l'économe des sanctuaires.

ÉLAN DE GÉNÉROSITÉ

Il a précisé que ce montant serait en partie couvert par les indemnisations des assurances mais s'est réjoui de constater "élan de générosité" parmi les donateurs, un afflux qui a contraint les sanctuaires à diffuser un communiqué de presse pour mieux aiguiller les dons.

"On n'est pas à l'initiative de cet appel aux dons. Il y a eu de nombreux appels aux sanctuaires, il a fallu s'organiser pour collecter ces dons très utiles. Ces démarches sont très touchantes (...), ça fait chaud au coeur", a-t-il poursuivi.

Les sanctuaires ont rouvert leurs portes aux pèlerins lundi et la grotte, située tout près du lit du Gave de Pau et qui a été couverte de boue, a même pu être nettoyée plus rapidement que prévu.

"La grotte a rouvert en milieu d'après-midi. C'est un tour de force qu'on doit au personnel des sanctuaires, à l'aide de la ville de Lourdes et aux pompiers", a dit Thierry Castillo, qui a précisé que la situation devrait redevenir "quasi normale" jeudi.

Il faudra toutefois entre une semaine et dix jours pour que les piscines qui accueillent les pèlerins puissent rouvrir. Concernant les ponts situés dans l'enceinte des sanctuaires et la centrale électrique, endommagée par des troncs d'arbres, le délai sera plus long, le temps que les expertises soient faites, a-t-il ajouté.

En délicatesse avec leurs finances sur fond de baisse des offrandes, les sanctuaires de Lourdes avaient déjà lancé un appel à la générosité des fidèles début octobre et décidé de réduire le nombre de saisonniers et de ne pas remplacer tous les départs en retraite.

Après 1,07 million d'euros de déficit en 2011 sur un budget de 30 millions, on s'acheminait avant les inondations vers une année 2012 "également déficitaire mais un peu moins", selon Thierry Castillo.

"LOURDES S'EN RELÈVERA", DIT LE MAIRE

"Environ 90% de nos ressources proviennent de la générosité du public, dont 76% des offrandes sur place", détaille l'économe diocésain.

"Mettre une pièce dans un tronc, ça peut sembler désuet. Mais l'offrande n'est pas un complément de revenu, c'est le coeur de nos ressources", ajoute-t-il, constatant que le contexte économique pèse aussi sur les dons.

"Il y a la crise, le sentiment de crise. Les pèlerins font attention. Et ceux qui sont venus ont fait attention à leurs dépenses", explique-t-il. Lourdes accueille environ six millions de pèlerins et de visiteurs chaque année.

Jean-Pierre Artiganave s'est réjoui qu'aucune victime n'ait été à déplorer ce week-end et a jugé ces inondations bien moins graves que d'autres catastrophes de ce genre, comme les inondations de Vaison-La-Romaine en 1992.

"Dieu merci, cela s'est produit le 20 octobre et non pas le 15 août", a souligné l'élu, allusion à la fête mariale de l'Assomption qui attire chaque année de nombreux fidèles.

"Ces inondations sont un événement important mais pas extraordinaire. Lourdes s'en relèvera. Les structures seront opérationnelles dans les heures et les jours qui viennent pour accueillir les derniers pèlerinages de la saison (...) Maintenant, c'est le temps de l'évaluation sereine et efficace des dégâts."

Edité par Patrick Vignal

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M2606534 le lundi 22 oct 2012 à 21:38

    Et Bernadette avait dit : N'en faîtes pas un commerce....