La grosse empreinte carbone du football

le
0

Aujourd'hui, c'est l'ouverture de la COP21 au Bourget. L'occasion de faire le point sur la responsabilité de notre sport dans la dégradation de l'environnement.

150 km. Soit deux bonnes heures de route en Angleterre. Ou quatorze minutes d'avion. La différence n'est pas franchement importante en matière de temps perdu. Mais elle l'est en matière d'impact sur l'environnement. C'est une évidence. Et forcément, à quelques jours de l'ouverture d'un sommet sur le changement climatique, ça ne passe pas. Ce week-end, Arsène Wenger a même dû se justifier en conférence de presse d'avant-match : "Nous irons à Norwich en avion samedi soir, après avoir dîné ensemble au centre d'entraînement. Quand nous avons pris cette décision, il y avait des travaux prévus sur la route. Et parfois, l'accès y est difficile, donc nous avons décidé de prendre l'avion, ce que l'on ne fait pas souvent. D'habitude, on prend le train ou le bus. C'est une exception." Surpris. Agacé. C'est peu dire que l'entraîneur des Gunners n'était pas préparé. Car il faut le dire : dans le milieu, on n'a pas vraiment l'habitude d'aborder la thématique écologique.

No man's land


Il y a bien des fois où le sujet est posé sur la table. Par exemple pour la construction de nouveaux stades. À Nice, Bordeaux ou encore Lyon, les clubs se veulent rassurants. Gestion des déchets, récupération d'eau de pluie, panneaux solaires, pelouse hybride… Mais la construction d'un nouveau stade est bien trop souvent prise à la légère : "Un stade de foot, c'est des milliers de mètres cubes de béton, des quantités phénoménales d'énergie et de matières premières, analyse Pierre Galio, expert à l'ADEME (Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie). Et ça demande énormément d'énergie. Quand on construit un stade, il faut d'abord se poser la question de la fabrication : est-ce que j'en ai vraiment besoin ?" L'exemple le plus criant est le stade Léon-Bollée du Mans, aujourd'hui laissé à l'abandon.

Le Stade Léon Bollé a l'abandon. Tristesse pic.twitter.com/i6RTSg7Lps

— Δlex (@Turonorum) 29 Octobre 2013
En 2005, le Mans pense faire de vieux os en Ligue 1 et souhaite agrandir son…





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant