La grogne des policiers contre le matricule

le
1
Photo d'illustration
Photo d'illustration

"Il fallait s'y attendre", commente Frédéric Lagache, numéro deux du syndicat Alliance (réputé proche de la droite), alors que ses délégués provinciaux lui font remonter la colère de la base. Les policiers en tenue s'estiment stigmatisés par la nouvelle mesure d'identification décidée le 19 décembre par le ministère de l'Intérieur dans le cadre de l'adoption du nouveau code de déontologie. Pourtant, lors du dernier comité technique présidé par Claude Baland, le directeur général de la police, qui réunit l'administration et les représentants des policiers, l'ensemble des syndicats, des gardiens de la paix aux officiers, a rejeté l'apposition d'un matricule sur les uniformes des policiers et des gendarmes. La mesure qui coûtera 800 000 euros au ministère de l'Intérieur sera effective dès le 1er janvier 2014.Nul doute que la base d'Unité-SGP police (proche du gouvernement), le syndicat majoritaire chez les gardiens de la paix, devrait se faire entendre sur ce sujet lors des manifestations prévues le 22 janvier devant les directions départementales de la sécurité publique (DDSP). Le spectre d'un débordement des organisations syndicales avec la création de coordinations est même redouté. "Certains ont joué un double jeu, accuse Frédéric Lagache. Nos collègues doivent savoir que la décision du 19 décembre avait été prise dès le 6 mars avec l'approbation du syndicat majoritaire." "Notre position a toujours été claire, rétorque...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • s.thual le mercredi 25 déc 2013 à 01:59

    ils ont peur que ca barde pour leur matricule ,,,,,,,,,,,,,,,,,