La grogne des étudiants sud-africains s'étend à Pretoria

le
0

PRETORIA, 23 octobre (Reuters) - Plusieurs milliers d'étudiants sud-africains réclamant une baisse des frais universitaires se sont rassemblés vendredi pour une marche jusqu'au siège du gouvernement à Pretoria, point d'orgue d'un mouvement de protestation qui a débuté cette semaine et pris de court les autorités. Les meneurs du mouvement doivent rencontrer le président Jacob Zuma et des professeurs d'université à l'Union Buildings. Ils estiment que les frais d'inscription à l'université sont trop élevés pour de nombreux étudiants noirs, perpétuant les inégalités raciales dans le pays. Ces frais varient en fonction des universités mais peuvent atteindre jusqu'à 60.000 rands (4.000 euros) pour les étudiants en médecine dans un pays où, selon les statistiques officielles, les ménages blancs gagnent en moyenne six fois plus que les ménages noirs. Des actions de protestation des étudiants ont essaimé ces derniers jours à travers le pays, donnant lieu parfois à des heurts avec les forces de l'ordre. Mercredi, la police anti-émeute a dispersé à coups de grenades assourdissantes des manifestants qui avaient envahi l'enceinte du Parlement au Cap, pendant la présentation du budget par le ministre des Finances Nhlanhla Nene. Des milliers d'étudiants ont défilé jeudi à Johannesburg avant de se rassembler devant le QG du Congrès national africain (ANC) pour déposer une liste de doléances auprès du secrétaire général du parti au pouvoir, Gwede Mantashe. L'Afrique du Sud compte environ un million d'étudiants dans le cycle supérieur, un chiffre que l'ANC entend porter à 1,5 million d'ici à 2030. (Dinky Mkhize, Peroshni Govender; Jean-Stéphane Brosse pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant