La grève des taxis s'étend à de nouvelles villes en Chine

le
0

PEKIN, 13 janvier (Reuters) - La grève des chauffeurs de taxi en Chine, qui protestent contre la concurrence de services de voitures de tourisme avec chauffeur (VTC) comme Uber et contre le coût élevé de location de leurs véhicules, s'est étendue à plusieurs villes de province, ont rapporté mardi certains médias chinois. Les chauffeurs de taxis de Changchun, chef-lieu de la province du Jilin, ont rejoint le mouvement lundi, et ceux d'autres villes de province ont débrayé à leur tour mardi. La police a dispersé dans la nuit des manifestants à Changchun, rapportent les médias chinois. La semaine dernière, la grève, partie de la province du Liaoning, dans le nord-est de la Chine, s'était étendue à Nankin, chef-lieu du Jiangsu, où certains chauffeurs en grève ont été passés à tabac et leurs véhicules endommagés, a rapporté le Quotidien de la jeunesse de Chine. Dans la province du Shandong (Est), les chauffeurs de taxi comptent poursuivre leur grève mercredi, indiquent les médias chinois. Les doléances des grévistes portent sur le loyer qu'ils doivent payer pour leur véhicule, qui peut atteindre les 280 yuans (38 euros) par jour à Changchun. Autre sujet de récrimination, l'apparition d'applications comme celles d'Uber et des sociétés concurrentes Kuaidi Dache et Didi Dache, qui proposent aux clients d'appeler des véhicules privés dépourvus de licence de taxi. (Adam Rose; Eric Faye pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant