La grève des mineurs sud-africains laissera des traces

le
0
INFOGRAPHIE - Depuis la fin de l'apartheid en 1994, l'Afrique du Sud n'avait pas connu pareille mobilisation. Le massacre des mineurs de Marikana, en août, a lourdement choqué la communauté noire.

Les mines reprennent lentement le travail. Les grèves qui secouent l'Afrique du Sud depuis l'hiver austral semblent toucher à leur fin. Jeudi, le Syndicat national sud-africain des mineurs (NUM) et la Chambre des mines (le patronat) ont signé un accord relevant la grille des rémunérations. «Nos adhérents ont accepté. Le pire est passé», a expliqué le porte-parole du NUM, Lesiba Seshoka.

Depuis le début de la semaine les majors de l'or tentaient d'accélérer la reprise en posant un ultimatum aux grévistes: le retour immédiat au travail ou la porte. La menace, légale dans la mesure où les tribunaux ont estimé le mouvement illicite, n'a pas eu l'effet escompté. Jeudi matin, seul 40 % des mineurs avait cédé. Les annonces de charrettes se sont donc accumulées.

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant