La grève à la SNCF reconduite pour jeudi

le
10
LA GRÈVE À LA SNCF RECONDUITE JEUDI
LA GRÈVE À LA SNCF RECONDUITE JEUDI

PARIS (Reuters) - La grève à la SNCF, qui provoque d'importantes perturbations mercredi en France, a été reconduite pour jeudi par les assemblées générales de cheminots à l'appel des syndicats opposés au projet de réforme ferroviaire.

L'entreprise prévoit cependant une "amélioration significative" du nombre de trains en circulation jeudi, avec un TGV et un TER sur deux en moyenne, contre un sur trois en moyenne mercredi.

L'Ile-de-France, où transitent 3 millions d'usagers chaque jour, va rester "le point plus difficile", avec un train sur trois en moyenne, a indiqué Patrick Ropert, directeur de la communication.

Face à l'ampleur du mouvement, le secrétaire d'Etat aux Transports, Frédéric Cuvillier, qui devait recevoir initialement une partie des syndicats jeudi, a avancé la réunion à mercredi soir, l'élargissant à toutes les organisations représentatives.

"Toutes les organisations syndicales seront reçues dès ce soir pour un tour d'horizon, pour expliciter l'enjeu de cette réforme. Nous poursuivrons les négociations demain matin", a-t-il dit dans les couloirs de l'Assemblée nationale.

"Si nous ne faisons rien, c'est l'avenir même du ferroviaire qui est en cause (...). Des marges de manoeuvre existent, nous ne souhaitons pas sacrifier les services publics à la concurrence", a-t-il ajouté.

Le projet de loi sur la réforme ferroviaire sera examiné par les députés à partir du mardi 17 juin.

"RÉFORME INDISPENSABLE"

Le mouvement reconductible a débuté mardi soir à l'appel de la CGT, Sud Rail, FO et First, qui s'opposent au projet prévoyant le rapprochement sous une même holding de la SNCF et de RFF, le gestionnaire du réseau ferré.

Selon la SNCF, le taux de grévistes sur l'ensemble du réseau s'établissait mercredi à la mi-journée à 27,84%. Mais pour la CGT, ces chiffres sont "volontairement erronés" et "plus d'un cheminot sur deux participe à la grève".

Selon la CGT et FO, la grève a été reconduite partout jusqu'à jeudi 19h00.

Les quatre organisations engagées dans la grève réclament le retour à la situation prévalant avant 1997, à savoir la réunification de la SNCF et de RFF au sein d'un seul et même établissement public, et la reprise de la dette ferroviaire de 40 milliards d'euros par l'Etat.

Frédéric Cuvillier a défendu une réforme "indispensable" pour "moderniser, pour simplifier la SNCF, pour lui donner plus de force" et résorber son désendettement, dans la perspective de l'ouverture du rail à la concurrence d'ici 2019.

L'Unsa a refusé de prendre part dans l'immédiat à la grève, disant attendre le résultat des entretiens avec le ministre avant d'envisager de rejoindre le mouvement et a déposé par précaution un préavis de grève pour le 17 juin.

La CFDT, qui n'a pas non plus appelé à la grève, devait être également reçue en fin de journée avant l'Unsa.

La situation était tendue aux abords des grandes agglomérations françaises car la grève à la SNCF se double d'un mouvement des chauffeurs de taxis qui ont entrepris des "opérations escargot" pour protester contre la concurrence "déloyale" des véhicules de tourisme avec chauffeur (VTC).

(Gérard Bon, avec Emile Picy, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mlaure13 le jeudi 12 juin 2014 à 11:13

    La vie est belle...ils em-mer-dent les seuls qui bossent et payent des impôts...ce sont des traîtres à la Nation...il faudra les éliminer !...

  • M9244933 le mercredi 11 juin 2014 à 19:14

    Dans d'autres pays la grève est interdite à ceux qui ont la garantie d'emploi (sans parler des autres avantages). Mais ça n'existe pas dans des républiques bananières en devenir.

  • M898407 le mercredi 11 juin 2014 à 19:06

    Que le ministre "démissionne" Pépy pour incapacité répétée ! Ras le bol de ces PDG au rabais qui vivent dans le laxisme permanent et ne font preuve d'aucune autorité...

  • callamos le mercredi 11 juin 2014 à 17:51

    Le gouvernement ne doit rien lâcher. Dehors les privilégiés

  • M1765517 le mercredi 11 juin 2014 à 16:45

    profitons d'une absence de circulation pour raboter les quais !

  • M2941863 le mercredi 11 juin 2014 à 16:34

    Ou est le "service minimum" mis en place par Sarko... certainement enlevé par grostas. Voilà un bel exemple de cette france de bran/leurs et autres fainéants et toujours plus de fun.ck avec grostas, et les kon/tribuables payent et payent toujours plus! Amen;)

  • mark92 le mercredi 11 juin 2014 à 16:15

    Reconduite par qui ?? la centaine de glandeurs qui votent à main levée sur le quai d'une gare ?? Belle représentation de la SNCF. Tous les TGV circulaient ce matin à montparnasse.Seul problème, les TER pour les correspondances.

  • M4960905 le mercredi 11 juin 2014 à 16:13

    Cette grève sans motif réel est de ce fait illégale.Il faut révoquer tous ces grévistes en commençant par les syndicalistes.Courage flanbi et ses sbires

  • lorant21 le mercredi 11 juin 2014 à 15:59

    une grève jusqu'au bac et on fait des économies sur le bac!

  • M940878 le mercredi 11 juin 2014 à 15:08

    on n'a qu'à en profiter pour supprimer les régimes spéciaux , on fera d'une pierre deux coups