La grève a coûté 230 millions d'euros au raffinage français

le
0
Cette facture aggrave la situation d'une industrie déjà déficitaire.

Le coup est rude pour le raffinage français. Alors que les installations redémarrent tout juste, l'Union française des industries pétrolières (Ufip) a fait les comptes: les trente-trois jours de grève au Grand port de Marseille et les quinze jours de grève dans les raffineries contre la réforme des retraites ont coûté quelque 230 millions d'euros à cette branche d'activité. Le chiffre sera rendu public ce matin.

Pour le raffinage en France, il s'agit de la plus grosse facture jamais occasionnée par un mouvement social. À titre de comparaison, en 2008, lors de la dernière grève d'envergure, l'addition n'avait pas dépassé les 30 millions d'euros.

Deux éléments en particulier expliquent cette inflation. Le premier, à hauteur de 20%, consiste dans l'immobilisation des navires: 80 bateaux dans le port de Marseille et 20 au Havre. Le deuxième facteur, beaucoup plus important, réside dans le débit minimal - avant leur arrêt total - des douze sites implantés dans l'

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant