La Grèce vote sur son avenir européen

le
0
Les législatives de ce dimanche pourraient ne pas suffire à rétablir un équilibre politique dans le pays.

«Le poste de premier ministre de Grèce n'est pas le plus prisé du monde en ce moment.» Cet aveu d'Antonis Samaras face à ses militants résume le ton de fatigue et de lassitude qui règne en Grèce alors que les élections législatives se tiennent ce dimanche. Les bureaux de vote ont ouvert dès 7 heures. «Aujourd'hui le peuple grec parle. Demain commence une nouvelle ère pour la Grèce», a déclaré Antonis Samaras devant la presse après avoir glissé son bulletin dans l'urne. Le dirigeant du parti conservateur Nouvelle Démocratie (ND) joue son va-tout pour convaincre des milliers d'indécis. Il mise sur la fibre patriotique des Grecs attachés à la monnaie unique et a réussi à transformer ce scrutin en un référendum «pour ou contre l'Europe». Samara a ainsi lancé vendredi: «Le premier choix que doit faire le peuple grec est entre l'euro et la drachme».

Ancien ministre des Affaires étrangères du gouvernement de Constantinos Mitsotakis, dans les années 1990, Sam

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant