La Grèce veut s'imposer encore plus de rigueur en 2012

le
1
Le nouveau gouvernement de coalition présente ce vendredi un budget 2012 encore plus austère que prévu. Et ce alors que les objectifs affichés pour 2011 pourraient ne pas être tenus.

Sur le plan de la rigueur, la Grèce veut resserrer sa ceinture d'un cran supplémentaire en 2012. Le gouvernement du nouveau premier ministre, Lucas Papadémos, a revu à la baisse son objectif de déficit pour l'année prochaine, à 5,4% du produit intérieur brut (PIB), après 9% en 2011. L'avant-projet de budget visait initialement une différence entre recettes et dépenses de 6,8%.

«Après une période historique d'augmentation régulière, l'évolution de la dette publique va maintenant s'inverser, a déclaré aux députés le ministre des Finances Evangélos Vénizélos, lors de la présentation du budget. Désormais, la trajectoire est celle d'une réduction de la dette publique pour alléger le fardeau qui pèse sur les épaules des Grecs.» Le budget sera soumis au vote le 7 décembre.

Si la Grèce peut promettre un objectif plus rigoureux encore, c'est grâce en partie à la renégociation réussie en octobre dernier entre l'Union européenne et les banques grecques pour

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • vouscost le vendredi 18 nov 2011 à 17:13

    Comment les prêteurs de la GRECE pourront ils récupérer à moyen/long terme les dons qu'ils ont été obligé d'accorder à ce pays pour qu'il ne sorte pas de la zone euro = ZEUS seul le sait (...)