La Grèce veut démanteler le camp de réfugiés d'Idomeni

le
0
    ATHENES, 23 mai (Reuters) - La Grèce a annoncé lundi son 
intention de démanteler d'ici dix jours le camp de fortune 
d'Idomeni, à la frontière avec la Macédoine, où des milliers de 
réfugiés et migrants vivent depuis des mois dans des conditions 
très précaires.  
    Le camp, proche de la ville frontalière d'Idomeni, s'est 
progressivement étendu depuis le mois de février en raison de la 
fermeture de leurs frontières par plusieurs pays de la région, 
qui a empêché les réfugiés et migrants de poursuivre leur chemin 
vers l'Allemagne ou d'autres pays. On estime qu'il héberge 
aujourd'hui environ 8.000 personnes.  
    Venues en majorité de zones de conflit comme la Syrie, 
l'Irak et l'Afghanistan, celles-ci ont jusqu'à présent refusé de 
quitter les lieux pour gagner des camps "organisés" installés 
par les autorités grecques, en dépit de la précarité des 
conditions de vie et de tensions récurrentes avec la police 
macédonienne.  
    Giorgos Kyritsis, porte-parole du gouvernement pour les 
dossiers liés aux migrants, a déclaré à la télévision publique 
que l'évacuation d'Idomeni débuterait "demain, le jour suivant, 
et serait terminée dans une semaine, dix jours au plus".  
    "Une chose telle qu'Idomeni ne peut pas persister. Cela ne 
sert que les intérêts des trafiquants", a-t-il dit.  
    L'opération mobilisera 50 pelotons de la police 
anti-émeutes, a précisé une source policière.  
 
 (Karolina Tagaris et Theodora Arvanitidou; Marc Angrand pour le 
service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant