La Grèce veut demander une réduction de dette en 2014

le
3
LE MINISTRE GREC DES FINANCES VA DEMANDER UNE RÉDUCTION DE LA DETTE EN 2014
LE MINISTRE GREC DES FINANCES VA DEMANDER UNE RÉDUCTION DE LA DETTE EN 2014

PARIS (Reuters) - La Grèce est optimiste sur un retour à la croissance l'an prochain et entend bien demander une réduction de sa dette publique, comme prévu en cas de bons résultats économiques, a déclaré aux Echos son ministre des Finances, Yannis Stournaras.

Un allégement du fardeau de la dette grecque, qui dépasse 160% du produit intérieur brut (PIB), est envisagée dans le cadre du plan d'aide accordé à Athènes par le Fonds monétaire international (FMI) et l'Union européenne mais cette hypothèse est soumise à l'amélioration de sa situation budgétaire.

"Nous commençons à engranger de bons résultats", assure Yannis Stournaras dans l'entretien publié lundi par Les Echos. "L'an dernier, la Grèce a enregistré un déficit public primaire de 1,2% du PIB, c'est à dire mieux que l'objectif de 1,5%, et pour les quatre premiers mois de 2013, le déficit n'est que de 300 millions au lieu des trois milliards prévus."

Il n'exclut pas un retour à la croissance du PIB dès l'an prochain, alors que l'OCDE a annoncé la semaine dernière s'attendre à une contraction de 1,2% de l'économie grecque en 2014.

"Je suis optimiste sur le retour de la croissance dès l'année prochaine", a dit Yannis Stournaras. "Après de si nombreux trimestres de chute de la production industrielle, nous sommes désormais proches de zéro."

"Nous restons prudents car beaucoup va dépendre des touristes: s'ils sont plus de 16 millions à venir en Grèce, les objectifs seront tenus !"

Rappelant que l'Eurogroupe a évoqué en novembre la possibilité de nouvelles mesures pour réduire la dette, il ajoute que d'ici l'été prochain "je pourrai retourner devant mes collègues et demander une mise en oeuvre de cette clause".

Dans cette démarche, Athènes semble pouvoir compter sur le soutien du Fonds monétaire international (FMI): celui-ci a débloqué vendredi une nouvelle tranche d'aide à la Grèce d'un montant de 2,26 milliards de dollars (1,74 milliard d'euros) en notant les progrès accomplis par Athènes en matière d'assainissement budgétaire, de réformes structurelles et de recapitalisation du secteur bancaire.

Et à cette occasion, la directrice générale du Fonds, Christine Lagarde, a salué "les assurances des partenaires européens de la Grèce qu'ils vont envisager de nouvelles mesures et aides, si nécessaire, pour réduire la dette nettement en dessous de 110% du PIB d'ici 2022".

Marc Angrand, édité par Nicolas Delame

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • chnivet le lundi 3 juin 2013 à 10:20

    blablablablabla . On va payer l'ardoise avec la diminution des prestations familiales .Elle est pas belle la vie ?

  • wanda6 le lundi 3 juin 2013 à 09:45

    C’était évident !

  • M8951316 le lundi 3 juin 2013 à 09:39

    on a déjà effacer 110 Milliard !et prêter encore 130 Milliard et maintenant on nous redemande encore d'effacer ???

Partenaires Taux