"La Grèce va faire avancer l'Europe" (OFI AM)

le
8

''La Grèce va faire avancer l'Europe'', explique Jean-Marie Mercadal.
''La Grèce va faire avancer l'Europe'', explique Jean-Marie Mercadal.

Le très sensible dossier grec finira par « faire avancer l’Europe », explique Jean-Marie Mercadal, directeur général délégué en charge des gestions chez OFI Asset Management. La crise pourrait finir par accélérer l’unification économique de la zone euro.

« A l’heure où nous écrivons ces lignes, la probabilité de sortie de la Grèce de la zone euro n’est plus infime, et il faut donc envisager désormais cette éventualité que nous ne privilégions pas », explique Jean-Marie Mercadal dans une tribune diffusée mercredi. « Mais quelle que soit l’issue des négociations en cours, le sujet principal est désormais politique (ce qui n’est pas notre spécialité), et l’Europe va avancer : en cas de "Grexit", les pays de la zone euro auront ainsi un exemple concret à étudier et ils pourront dès lors choisir leur chemin futur (…) ».

Heure de vérité pour l’euro

« La construction de l’euro est en effet bancale et il faut avancer réellement vers les conditions indispensables à la survie d’une monnaie commune : harmonisation des politiques économiques, fiscales, droits du travail et des affaires. Il est compréhensible qu’aucun dirigeant actuel ne souhaite prendre la responsabilité de la sortie d’un pays, mais si l’Europe n’avance pas dans cette direction, alors il faut réellement penser à la disparition de l’euro », explique-t-il.

« Sur le plan économique et financier, les enjeux sont connus et paraissent "gérables" : la Grèce ne représente qu’environ 2% de l’économie européenne et sa dette totale (obligations gouvernementales et créances diverses) avoisine 500 milliards d’euros, ce qui représente près de 3.5% de la dette cumulée des Etats souverains de la zone euro. Pour le seul cas de la France, la créance est de l’ordre de 50 milliards, alors que notre dette s’élève à près de 2000 milliards d’euros et que nous avons "fabriqué" environ 700 milliards de déficit (qui viennent alimenter ce stock de dette) depuis 5 ans… alors, 50 milliards à étaler sur plusieurs années, cela parait mineur », poursuit-il, non sans une certaine ironie.

Marchés : recrudescence des risques, mais aussi des opportunités

Aucun doute que l’incertaine évolution de la crise grecque rend les marchés nerveux. « À court terme, les marchés vont être très volatils car les effets psychologiques seront majeurs et la construction européenne sera lente et progressive : les taux peuvent monter dans la perspective de devoir refinancer 500 milliards supplémentaires et les "spreads" entre les dettes souveraines vont continuer à s’ajuster selon les qualités intrinsèques de chaque pays », estime Jean-Marie Mercadal.

« Les élections nationales seront également suivies avec grande attention et source de volatilité (Espagne à la rentrée). Tout devient donc possible et dépend du politique, ce qui n’est pas aisé. Nous privilégions toutefois le scénario du "cas isolé" pour la Grèce (qui fera probablement défaut) et estimons que les dettes périphériques "core" (Italie, Espagne) vont offrir des opportunités intéressantes dans cette phase volatile que nous allons traverser ».

Enfin, « en ce qui concerne les actions, les marchés seront probablement également très volatils, mais gardons à l’esprit que les entreprises qui composent les indices boursiers ont peu à voir avec la Grèce : leurs chiffres d’affaires sont mondiaux et même si les marchés domestiques européens peuvent être affectés par une peur de l’inconnu liée aux aléas de l’euro, cela risque d’être provisoire. Il y aura donc des opportunités d’achats, comme à l’occasion du trou d’air de l’été 2011 pour ceux qui ont investi durant cette période, la performance de l’indice Eurostoxx 50 est de près de 85%... ».

X. Bargue

Retrouvez tous les articles de la rédaction de Boursorama dans la rubrique dédiée.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4358281 le jeudi 9 juil 2015 à 11:27

    il est vrai que sans voleurs il n'y a pas de sécurité ! Merci le Grec ..!

  • M4358281 le jeudi 9 juil 2015 à 11:25

    il faut toujours un gros problème ..c'est triste !

  • M4358281 le jeudi 9 juil 2015 à 09:13

    eviter de retomber sur un autre es cr0c qui prend son peuple en otage

  • M8657715 le mercredi 8 juil 2015 à 19:38

    La Grèce n'est que le premier wagon du train. Décrochons notre wagon tant qu'il est encore temps. On ne sait pas pour qui roule le conducteur de la locomotive.

  • tonfric le mercredi 8 juil 2015 à 18:55

    Sauf que rien n'est encore signé !! un gauchiste reserve tjs des surprises

  • c.voyant le mercredi 8 juil 2015 à 18:50

    Il faut que se soit des communistes pour faire bouger les chose!

  • fquiroga le mercredi 8 juil 2015 à 18:38

    Et oui, on enfante dans la douleur.....

  • M4314275 le mercredi 8 juil 2015 à 18:35

    Oui, il faut une Europe de la solidarité. Jusqu'à maintenant nous avons pu voir surtout une Europe des égoïsmes.