La Grèce se rebiffe contre la Troïka 

le
0
La Grèce a pris officiellement la présidence de l'UE. Elle demande à l'Europe de reprendre la main politiquement sur les fonctionnaires de la Troika qui lui impose une cure d'austérité sans fin.

Envoyé spécial à Athènes,

La récession s'éloigne, mais la dette de la Grèce continue de gêner l'Europe à l'image de l'agaçant sparadrap du capitaine Haddock. Après des années de controverse, deux plans de sauvetage hors du commun et 250 milliards de prêts, les comptes du pays semblent enfin repartis vers le haut. C'est le moment que choisit Athènes pour étriller les «hommes en noir» de la troïka et réclamer du même coup un vrai changement de cap à ses créanciers.

A quatre mois d'élections européennes qui pourraient propulser les extrêmes au centre du jeu - en Grèce comme ailleurs - le chef du gouvernement conservateur Antonis Samaras exhorte l'Europe d'offrir enfin à ses électeurs un discours «d'avenir et d'espoir», de croissance, d'emploi et d'in...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant