La Grèce s'enfonce dans la crise

le
0
Le poids de la dette se ressent de plus en plus violemment dans toute la population grecque et surtout chez la classe moyenne en voie de disparition.

«Cette fois, c'est la bonne», lance un proche d'Antonis Samaras, le premier ministre grec, sous couvert d'anonymat. Après deux réunions des 17 ministres des Finances de la zone euro consécutives en moins d'un mois, consacrées au dossier grec, Athènes veut croire en un dénouement favorable en ce troisième sommet de l'Eurogroupe. Le gouvernement grec est donc confiant sur le déblocage des 44 milliards d'euros, correspondants à trois tranches du prêt de 130 milliards d'euros accordé par l'UE et le FMI.

De surcroît, si ce blanc-seing est validé et versé d'ici au 5 décembre, le pays évitera une nouvelle fois de justesse le défaut de paiement. Plus de la moitié de la somme se dirigera vers la recapitalisation des banques, 10 milliards d'euros couvriront les échéances diverses de l'État et le reste servira aux pa...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant