La Grèce renouera avec la croissance en 2014, dit Samaras

le
0
LA GRÈCE ENTEND RENOUER AVEC LA CROISSANCE EN 2014
LA GRÈCE ENTEND RENOUER AVEC LA CROISSANCE EN 2014

ATHENES (Reuters) - La contraction de l'économie grecque sera moins importante que prévu en 2013 et la croissance sera de retour l'année prochaine, a promis samedi le Premier ministre Antonis Samaras.

"La récession cette année sera plus faible qu'on ne l'annonçait", a-t-il déclaré à la foire de Thessalonique. Le Fonds monétaire international (FMI) et la Commission européenne tablent sur une baisse de 4,2% du Produit intérieur brut (PIB) en 2013, contre 6,4% en 2012.

Selon les données publiées vendredi, le PIB s'est contracté de 3,8% au deuxième trimestre en glissement annuel. Il s'agit du recul le plus faible depuis le troisième trimestre 2010 et l'embellie est due à un rebond du tourisme.

Le chef du gouvernement a en outre assuré que l'objectif budgétaire pour l'année en cours, qui prévoit de dégager un excédent, serait dépassé, ce qui permettrait à la Grèce de revenir sur les marchés de la dette dont elle est exclue depuis 2010.

"Cette année était la plus dure, la plus cruciale, et elle a aussi été la plus couronnée de succès", a déclaré Antonis Samaras. "C'était la plus dure (...) parce que nous avons dû expier tous les péchés du passé."

Qualifiant ce discours de "délirant", le parti d'opposition de gauche Syriza a accusé le Premier ministre d'être totalement déconnecté des souffrances des 1,5 million de Grecs au chômage.

"La principale question que le Premier ministre a laissé en suspens est celle de savoir si lui-même sait dans quel pays il vit", a dit Syriza.

L'économie grecque a reculé de 23% en termes réels depuis 2008 et le gouvernement peine à respecter les objectifs définis dans le cadre des deux plans d'aide internationaux qui dépassent les 200 milliards d'euros.

Le FMI et Athènes estiment qu'il faudra une rallonge de 10 à 11 milliards d'euros pour l'exercice 2014-2015. La zone euro décidera sans doute d'accorder une troisième aide à la Grèce en novembre.

Antonis Samaras devait rentrer samedi à Athènes, avant le début d'une grande manifestation à l'appel des mouvements anti-austérité et des syndicats, dont ceux des employés municipaux, des pompiers et des garde-côtes, dans les rues de la capitale grecque.

Dans son édition de samedi, le journal de gauche Avgi a accusé le Premier ministre de se comporter "comme un voleur" en se contentant de faire une brève apparition à la foire de Thessalonique au lieu de délivrer comme ces prédécesseurs le traditionnel discours annuel de politique économique.

Lefteris Papadimas et Karolina Tagaris, Jean-Philippe Lefief et Tangi Salaün pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux