La Grèce remet la pression sur ses créanciers publics

le
0
Les négociations reprennent à Athènes pour restructurer massivement la dette du pays.

Il souffle un timide vent d'espoir autour des négociations sur la restructuration de la dette grecque. Après avoir été interrompues brutalement la semaine dernière, les discussions entre la Grèce et ses créanciers privés, en présence de Charles Dallara, le patron du lobby bancaire IIF, pourraient aboutir en fin de semaine, assure le ministère des Finances grec. Cette avancée, non négligeable, permettrait à la Grèce de réduire un tiers de sa dette (350 milliards d'euros), d'assurer le versement d'une échéance de 14,5 milliards d'euros le 20 mars prochain et d'aspirer au déblocage du nouveau plan d'aide de 130 milliards d'euros, promis par l'Union européenne.

Pour y arriver, les banques, fonds d'investissements et compagnies d'assurances doivent accepter volontairement de décoter d'au moins 50 % leurs obligations d'État actuelles, et de souscrire de nouvelles obligations d'une maturité de 20 à 30 ans. Les conditions de cette dernière opération constituent jus

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant