La Grèce prête à des concessions, mais pas sur les retraites

le
0
LA GRÈCE PRÊTE À DES CONCESSIONS, MAIS PAS SUR LES RETRAITES
LA GRÈCE PRÊTE À DES CONCESSIONS, MAIS PAS SUR LES RETRAITES

ATHÈNES (Reuters) - La Grèce est prête à faire des concessions pour conclure un accord avec ses créanciers tant que celui-ci est "économiquement viable" mais elle refuse de réduire les pensions de retraite, a déclaré mercredi à Reuters Euclide Tsakalotos, l'un des responsables des négociations.

Ses propos suggèrent qu'Athènes pourrait encore céder du terrain face aux créanciers pour permettre un compromis.

Mais un tel accord devrait être viable et porter à la fois sur la dette, sur le financement de l'Etat et sur l'investissement, a-t-il précisé.

"Si on a cela, alors le gouvernement grec signera l'accord", a dit Euclide Tsakalotos, le coordinateur de l'équipe de négociateurs formée par Athènes.

Il a confirmé qu'en l'absence d'accord, l'Etat grec n'aurait pas les fonds nécessaires pour s'acquitter de l'échéance de près de 1,6 milliard d'euros due le 30 juin au Fonds monétaire international (FMI).

"Pour l'instant, nous n'avons pas l'argent", a-t-il dit, expliquant que l'Etat s'employait déjà à "recueillir la moindre goutte de liquidité" pour assurer le service de la dette.

"Il n'y a aucun financement, nous n'avons pas accès aux marchés, nous n'avons pas d'argent qui n'a pas été payé depuis l'été 2014, donc il est évident que nous n'aurons pas l'argent pour payer cela", a-t-il dit.

(Renee Maltezou et Deepa Babington, Marc Angrand pour le service français, édité par Juliette Rouillon)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux