La Grèce prépare le rachat des agences des banques chypriotes

le
2

ATHENES (Reuters) - La Grèce est sur le point de conclure la reprise par des capitaux locaux des succursales des banques chypriotes installées sur son sol, qui intéressent au moins deux des principaux groupes bancaires du pays, a-t-on appris mardi de plusieurs sources gouvernementales et bancaires.

Athènes s'efforce de boucler au plus vite un accord afin d'éviter les retombées du projet de taxation des dépôts à Chypre, mais l'opposition à ce projet à Nicosie ralentit le processus.

L'accord conclu samedi par les ministres des Finances de la zone euro exclut les succursales grecques des banques chypriotes du champ de la taxe sur les dépôts à condition qu'elles soient reprises par des banques grecques.

"Le gouvernement grec est prêt à conclure en quelques heures le transfert des activités des banques chypriotes dans le pays à des banques grecques", a déclaré un haut responsable gouvernemental à Reuters mardi. "Mais nous devons attendre le vote du parlement chypriote."

Il a précisé qu'Alpha Bank et Piraeus Bank avaient exprimé leur intérêt pour une reprise des activités des établissements chypriotes et il a évoqué l'existence d'une solution alternative, sans plus de précision.

Ce second projet pourrait impliquer Hellenic Postbank, un établissement contrôlé par le fonds public de stabilisation du secteur bancaire grec, ont expliqué des sources bancaires.

Les trois banques chypriotes implantées en Grèce, Bank of Cyprus, Cyprus Popular Bank et Hellenic Bank représentent au total environ 10% du marché bancaire local sur la base des prêts et 8% sur celle des dépôts.

Elles opèrent en Grèce en tant que succursales et non en tant que filiales et relèvent donc de la banque centrale de Chypre, notamment pour l'accès aux liquidités d'urgence.

Elles comptent au total un peu plus de 300 agences en Grèce et y emploient environ 5.000 personnes. Leur portefeuille cumulé dépasse 20 milliards d'euros selon des analystes.

Comme leurs maisons mères, ces banques sont restées fermées mardi et le resteront mercredi.

Lefteris Papadimas et George Georgiopoulos, Marc Angrand pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8043631 le mardi 19 mar 2013 à 22:24

    Ouah les grecs se seraient renflouer en douce pour acquérir des banques chypriotes qui dès demain n'auront plus un radis en compte!

  • KRIST17 le mardi 19 mar 2013 à 17:42

    puisque ils ont des sous, ils pourraient commencer par relancer leur consommation ou payer leurs dettes au lieu de spéculer...ils manquent vraiment pas d'air.....ces grecs

Partenaires Taux