La Grèce prend la tête de l'UE pour une présidence «spartiate»

le
0
La Grèce prend la tête de l'UE pour une présidence «spartiate»
La Grèce prend la tête de l'UE pour une présidence «spartiate»

Un mandat qui s'annonce «très spartiate», selon les propres mots du vice-ministre des Affaires Etrangères, Dimitris Kourkoulas. Pendant les six prochains mois, la Grèce, qui prendra la tête du Conseil de l'Union Européenne, restera très raisonnable sur les dépenses. Une cinquantaine de millions d'euros, pas plus, seront alloués à l'événement, qui comprend 14 réunions ministérielles et 120 réunions secondaires. Par comparaison, Chypre, la petite île voisine, avait dépensé quelque 62 millions d'euros pour sa présidence en 2012. La France avait injecté 170 millions pour accueillir ses convives européens en 2008.

Toutes les rencontres à Athènes

«Compte tenu de la situation financière, nous aurons le plus limité des budgets pour la présidence par rapport aux autres pays ayant assuré la présidence ces dernières années», précisait Dimitri Kourkoulas, début décembre. Ainsi, pas question pour les visiteurs européens de voir du pays : toutes les réunions se dérouleront dans la capitale, Athènes, afin de limiter les frais de déplacements. Le gouvernement assure aussi qu'il y aura le moins d'embauches possibles, pour maintenir les coûts bas. «Les employés du public seront envoyés à Bruxelles sur la base de volontariat, ils ne seront pas payés davantage comme cela aurait été le cas lors d'autres présidences», avoue Georgatos Gerrassimos, un représentant du Dimar (gauche), parti politique anciennement présent au gouvernement. Dimitri Kourkoulas espère même que tout l'argent ne sera pas dépensé pour cette présidence. «Nous espérons être en mesure de redonner une partie de ce budget au ministère des Finances (à l'issue des six mois de présidence)», avance le vice-ministre des Affaires Etrangères. La présidence se concentrera sur l'immigration, la politique maritime et la cohésion sociale.   

«Les Grecs plutôt euroseptiques»

«Prendre un trop gros budget aurait été indécent aux yeux de la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant