La Grèce n'exclut pas un «défaut» de paiement envers le FMI

le
10
La Grèce n'exclut pas un «défaut» de paiement envers le FMI
La Grèce n'exclut pas un «défaut» de paiement envers le FMI

Les salaires avant la dette envers le Fonds monétaire international (FMI). Le ministre grec des Finances, Yanis Varoufakis, a assuré lundi soir que «les pensions et salaires sont sacrés, une absolue priorité» et dit préférer «un défaut envers le FMI plutôt que sur les salaires». Il a même reproché aux créanciers de son pays «de ne rien apporter de neuf dans les discussions». Soufflant le chaud et le froid, il a aussi déclaré : «Nous sommes très proches d'un accord», assurant qu'une «rupture avec les créanciers n'est pas dans nos projets».

La situation se tend pourtant pour la Grèce, à l'approche d'échéances financières cruciales en juin. Le pays doit en effet verser 1,5 milliard d'euros au FMI en quatre fois entre le 5 et le 19 juin. Au total, Athènes doit rembourser 11 milliards d'euros à ses créanciers entre juin et août, principalement à la BCE (Banque centrale européenne). A partir du 12 juin, les difficultés s'amoncèlent car, du 12 au 30 juin, le gouvernement devra aussi renouveler des bons du Trésor (des emprunts d'Etat) pour 5,2 milliards d'euros et payer les retraites, les fonctionnaires et les fonds de sécurité sociale (environ 2,2 milliards d'euros).

«On est toujours dans le bras de fer»

«Il faut un accord immédiatement (...) pour résoudre ces problèmes de liquidité cruciaux», a estimé lundi le porte-parole du gouvernement, Gabriel Sakellaridis. La Grèce attend depuis neuf mois (soit bien avant l'arrivée du gouvernement de gauche radicale Syriza en janvier) une tranche de 7,2 milliards d'euros promise par ses créanciers internationaux, FMI, Union européenne (UE) et BCE dans le cadre des 240 milliards d'aide promis depuis 2010. Les discussions stagnent car Athènes juge socialement difficiles les réformes du marché du travail et des retraites exigées par les créanciers.

VIDEO. Grèce : «Une période cruciale»

L'issue de cette confrontation semble proche, car il semble bien ne ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 le mardi 19 mai 2015 à 10:16

    Arrêtez de taper sur la Grèce, ce n'est qu'avant goût de la situation française !!!!

  • j.barbe6 le mardi 19 mai 2015 à 09:34

    Probléme si plus de credit plus de salaires pour les fonctionnaires grecs.Raus .... le socialo grec.

  • fquiroga le mardi 19 mai 2015 à 09:24

    Pas moyen de donner son avis.... Grexit et basta le chantage des gau..chos

  • fquiroga le mardi 19 mai 2015 à 09:23

    P...tain de censure...

  • fred1903 le mardi 19 mai 2015 à 08:48

    GL06 je pense que justement ca va changer nos vies. Le FMI c'est juste un début. ils remboursent 750 millions et en demande 7 MILLIARDS chez moi ca s'appelle un probleme.

  • guyguy18 le mardi 19 mai 2015 à 08:44

    Bien sur que cela touche ma vie,mon pays a payé avec MON argent pour ces ...........(censuré)

  • gl060670 le mardi 19 mai 2015 à 08:35

    dcabon, il faut se détendre !!! vous savez il n y a rien de grave. ça ne touche pas vôtre vie ni votre entourage.

  • M140210 le mardi 19 mai 2015 à 08:33

    A force de jouer la tragédie, ils faire de leur pays une vrai tragédie dommageable pour eux-même.

  • gacher le mardi 19 mai 2015 à 08:30

    payer moi pour que je ne vous rembourse pas. Il est temps de cesser ce gag

  • acharbi1 le mardi 19 mai 2015 à 08:20

    Un gouvernement de voleurs ,ils parlent beaucoup ,et ne vont rien contre la corruption l'évasion fiscale et le non payement de l'impôt