La Grèce n'est pas à l'abri d'un "accident"-Botopoulos

le
1

PARIS, 15 avril (Reuters) - La Grèce n'est pas à l'abri d'un "accident" si les négociations avec ses créanciers piétinent et elle doit consentir encore des efforts de réforme, a estimé mercredi le président de l'Autorité grecque des marchés financiers. "Le gouvernement a admis qu'il y aura de l'argent dans les caisses pour deux semaines jusqu'au début mai. Après, il y aura des problèmes pour honorer nos obligations intérieures et extérieures", a rappelé Kostas Botopoulous sur Europe 1. La Grèce a démenti lundi des informations du Financial Times selon lesquelles elle se préparait à un défaut si elle ne parvenait pas à un accord avec ses créanciers d'ici la fin du mois. ( ID:nL5N0XA3VB ) Prié de dire si une crise majeure menaçait, Kostas Botopoulos a répondu : "Par accident, pas par choix, parce que tout le monde veut un accord. (...) Par accident, par perte de temps, c'est peut-être possible". "Je ne veux pas y croire, mais je ne peux pas non plus exclure la possibilité d'un accident vu le temps perdu et les difficultés de trouver un accord", a-t-il souligné. Pour le président de l'Autorité des marchés financiers, en fonction depuis quatre ans, "il faut encore un effort de la part du gouvernement pour les réformes (...) sur les pensions, sur l'assurance-vie, sur l'administration publique, sur la lutte contre la fraude fiscale". "On est dans une période d'attente. Que le gouvernement passe des paroles aux actes -- ça n'a pas encore été fait -- et trouve un accord avec les Européens". (Sophie Louet, édité par Véronique Tison)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • duine le mercredi 15 avr 2015 à 10:25

    mais quand est ce l'allemagne ou la france va être courageuse à dire STOP???Dégagez de l'europe et qu'on arrête la casse!!!

Partenaires Taux