La Grèce joue son avenir européen dans les urnes

le
0
INFOGRAPHIE - La cure d'austérité drastique imposée par les créanciers du pays fait le jeu des extrémistes de droite et de gauche.

À Athènes,

Au pays d'Athéna, la sagesse politique n'a plus vraiment cours. Après l'euphorie entretenue par trente ans de laxisme budgétaire, l'ouragan de la crise économique et son cortège de mesures d'austérité drastiques ont ravagé le moral des Grecs. C'est dans ce contexte qu'ils sont appelés à voter pour des élections générales cruciales dimanche, les premières depuis la mise sous tutelle du pays par l'Union européenne (UE) et le Fonds monétaire international (FMI). Un vote sanction est plus que jamais à l'ordre du jour et nombre d'experts s'inquiètent d'un chaos politique à venir dans le pays.

Les trente-deux partis en lice se divisent en deux camps. D'un côté, les «pro-mémorandum», ceux ayant signé et voté pour la cure d'austérité imposée au pays en contrepartie de deux prêts de 110 et 130 milliards d'euros. Trois partis se distinguent dans cette catégorie: le Pasok, parti socialiste dirigé par Evangelos Venizélos, ancien ministre des Finance

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant