La Grèce face à l'accord de Bruxelles : le Parlement divisé, l'opinion résignée

le , mis à jour à 13:29
18
La Grèce face à l'accord de Bruxelles : le Parlement divisé, l'opinion résignée
La Grèce face à l'accord de Bruxelles : le Parlement divisé, l'opinion résignée

Une étape cruciale. Le Premier ministre grec Alexis Tsipras doit faire adopter mercredi soir par le Parlement grec, malgré leur impopularité, les premières réformes exigées par les créanciers d'Athènes en contrepartie du maintien de la Grèce dans la zone euro et dans ses programmes d'aide. Clé de sa démonstration de bonne volonté aux créanciers, avant d'espérer obtenir un troisième plan d'aide d'au moins 80 milliards d'euros, le gouvernement de Tsipras a déposé dès mardi soir le projet de loi à faire voter «d'ici au 15 juillet», selon les termes de l'accord signé lundi matin à Bruxelles. Il s'agit notamment d'une hausse de la TVA, et de l'adoption d'une règle d'or budgétaire. Mais cela risque d'être dur pour le Premier ministre grec. La ministre adjointe des Finances Nadia Valavani a en effet présenté sa démission ce mercredi. 

Ce matin, la presse grecque retient la solennité de cette journée. «Jour de crise pour Tsipras», titre Kathimerini (centre-droit) tandis qu'Ethnos (droite) mesure «la lourde charge» qui pèse sur le Premier ministre. Le quotidien de gauche Avgi a choisi une citation de ce dernier pour barrer sa une : «Je ne fuirai pas», tandis que le journal du centre Ta Nea, très lu, s'attend désormais à des «années de plomb».

« Une mauvaise nuit pour l'Europe »

Tsipras n'entrera pas dans l'arène la fleur aux dents mais avec le visage du devoir. « J'assume la responsabilité d'un texte auquel je ne crois pas », a-t-il déclaré mardi soir à la télévision, comme pour calmer ceux qui en Grèce l'accusent d'avoir trahi la volonté du peuple exprimée par le référendum du 5 juillet. « Je le signe pour éviter tout désastre au pays », a-t-il encore dit, et « parce qu'il n'y a pas de plan B ». Les députés grecs, notamment ceux de Syriza, sont prévenus.

Il a évoqué en termes très libres la nuit de l'accord, « une mauvaise nuit pour l'Europe », avec des Européens dans ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3366730 le mercredi 15 juil 2015 à 15:46

    « J'assume la responsabilité d'un texte auquel je ne crois pas » : ce n'est pas de sa faute n'y celle du peuple Grec, cela va être la faute des pays Européens qui ont prêtés l'argent ! Qu'ont t'ils fait de tout l'argent prêtée et s'ils le veulent ils peuvent toujours sortir de l'euro.

  • gmail.fr le mercredi 15 juil 2015 à 14:37

    Peuple résigné , oui , parlement divisé , oui aussi , mais adoption assurée , tant la réserve de voix est grande , avec un rassemblement national de tous les partis démocratiques de la droite à la gauche . Le jeu est fini, la real politik a atteint Tsipras qui a radicalement changé en 3 jours .Il va nettoyer son parti et son gouvernement et se mettre au travail , il y a beaucoup de jeunes Grecs diplomés de l'étranger disposés a réformer de fond en comble ces structures et cette société archaïque

  • bibas1 le mercredi 15 juil 2015 à 13:59

    froggy, Il me semble, au regard des informations que je peux lire, que certains hauts conseillers travaillant pour de grandes banques, ne sont pas étrangers au fiasco grec actuel, en les laissant entrer dans l'UE. Raisonnement par l'absurde, puisque la logique est difficilement assimilable pour certains: il n'y aurait pas d'UE, les peuples français, Allemands..., ne seraient pas ponctionné de manière arbitraire par une entité non reconnue, pour aider qui ils ont décidé...

  • froggy83 le mercredi 15 juil 2015 à 13:57

    je vois que les explications de @bibas1 n'ont pas plu (aux banquiers)! les re-voici: 13:47 ccoudra2, non, ce n'est pas comme cela que ça marche: grosso modo 90% de l'argent piqués aux autres peuples Européens vont directement dans l'escarcelle des créanciers pour "rembourser" dettes et intérêts. Il ne reste que peanuts aux grecs. C'est en fait une pompe de l'argent des contribuables (tous confondus), vers les banques & créanciers. Le "système est au point", l'UE a entes autres, été créé pour..

  • froggy83 le mercredi 15 juil 2015 à 13:52

    ce que je comprends de @bibas1, c'est que l'Europe a été créée pour enrichir GS, banquiers et créanciers en allant prendre l'argent dans les poches des peuples européens qu'ils accusent ensuite de mauvais élèves...

  • LERINS le mercredi 15 juil 2015 à 13:49

    Contrairement à ce que dit Tsipras, il y a un plan B : sortir de la zone euro et devenir enfin sérieux pour la gestion des finances publiques ainsi que pour la stimulation des initiatives et des investissements privés en Grèce....

  • f5gbi le mercredi 15 juil 2015 à 13:46

    Mais c'est quoi ce peuple ? Il n'est pas conscient qu'il a abusé des autres et que maintenant il doit se serrer la ceinture, ou du moins vivre en fonction de ses revenus "normaux" !

  • kpm745 le mercredi 15 juil 2015 à 13:42

    Leçon à tirer par les poltiques et peuple français qui continuent à vivre en dessus de leur moyen en s'endettant

  • M6445098 le mercredi 15 juil 2015 à 13:41

    vivre dans l'utopie ne dure qu'un temps, et ce temps semble révolu...

  • ccoudra2 le mercredi 15 juil 2015 à 11:46

    quel accord les européens ont signé avec le 1er ministre grec??? des reformes bidons (même Mr Tsipras n'y croit pas) et une aide de 100 milliards sur 3 ans.... ce qui correspond à près de 3000 mille euros par grec par an... un famille grec de 5 membre touchera 15 miles euros par an ... C'est un revenu assez élevé pour vivre bien en Grèce... conclusion: les grecs n'ont pas besoin de travailler car les européens vont continuer à subvenir aux leurs besoins .... Vive la solidarité socialiste !!!