La Grèce et l'Eurogroupe se mettent d'accord sur la poursuite du programme d'aide

le
5
La Grèce et l'Eurogroupe se mettent d'accord sur la poursuite du programme d'aide
La Grèce et l'Eurogroupe se mettent d'accord sur la poursuite du programme d'aide

Une prolongation du financement de la Grèce en échange de réformes. Tel était le «deal». La Grèce et l'Eurogroupe se sont mis d'accord ce mardi sur la poursuite du programme d'aide de l'Union européenne au pays d'Alexis Tsipras. Dans la matinée, la Commission avait fait savoir que la liste des réformes promise à l'UE par la Grèce pour obtenir cette extension de quatre mois était arrivée «dans les temps» à Bruxelles, malgré un retard sur le calendrier. Athènes devait à l'origine rendre sa copie lundi à minuit.

Cette liste «est jugée suffisamment complète pour constituer un point de départ», a précisé sur Twitter le commissaire européen Valdis Dombrovskis, à l'issue d'une conférence téléphonique réunissant les 19 ministres de la zone euro. Une «poursuite du programme grec» peut donc être soumise au vote des parlements des pays de la zone euro qui prévoient cette procédure, notamment l'Allemagne.

Un «bon compromis», selon Hollande

«Je pense que c'est un bon compromis, à la fois respectueux de ce qu'a exprimé le peuple grec et respectueux des règles de l'Union européenne», a pour sa part commenté le président de la République française, François Hollande, à l'issue d'une réunion avec le président du conseil italien, Matteo Renzi.

Dans la foulée de la remise de la fameuse liste mardi matin, la bourse d'Athènes a grimpé de plus de 6% et le taux d'emprunt du pays est passé sous les 9%, d'autant qu'une source au sein de la Commission européenne a estimé que la remise de cette liste constituait un «point de départ valide» pour le financement du pays. «Je crois qu'ils (les Grecs) sont très sérieux, mais il s'agit juste d'un premier pas», a déclaré Jeroen Dijsselbloem, le patron de la zone euro. Le vice-chancelier allemand, le social-démocrate Sigmar Gabriel, s'est pour sa part déclaré «prudemment optimiste» sur une solution au «conflit» avec la Grèce.

Hausse de la durée du ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • pascalcs le mardi 24 fév 2015 à 16:45

    Pas de risque que la fameuse lettre soit refusée vu que le Grecs n'ont eu qu'à signer un document préparé par la commission.... Et voilà , le tour est joué.

  • Cambio17 le mardi 24 fév 2015 à 15:22

    Oh, non n'est plus à un jour près... Les Grecs ne payent pas d'impôts depuis 30 ans...

  • m1234592 le mardi 24 fév 2015 à 15:01

    presque dans les temps ...!

  • M5649485 le mardi 24 fév 2015 à 12:38

    que ne feraient ils pas pour avoir NOS sous !! et rebelote dans 4 mois !

  • fquiroga le mardi 24 fév 2015 à 11:45

    Langue de bois....