La Grèce enquête sur le maquillage de ses comptes publics

le
0
L'ampleur du déficit pour l'année 2009 aurait été exagérée afin de noircir le bilan du gouvernement sortant, dominé par la droite libérale, et de précipiter le recours au FMI en contrepartie d'une cure d'austérité sans précédent.

Athènes

Un parfum de règlement de comptes politique entoure l'enquête ouverte à l'automne 2011 contre le président de l'Institut grec de la statistique (Elstat) et deux de ses collaborateurs. Poursuivi pour «fausse attestation au détriment de l'État», Andréas Georgiou est soupçonné d'avoir artificiellement «gonflé» le déficit public du pays pour l'année 2009. Un maquillage qui aurait eu pour effet de noircir le bilan du gouvernement sortant, dominé par la droite libérale, et de précipiter le recours au FMI en contrepartie d'une cure d'austérité sans précédent. S'il est jugé coupable, Andréas Georgiou risque un minimum de cinq années de prison.

Pour étayer son accusation, le procureur Gregoris Peponis s'appuie sur ...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant