La Grèce doit encore rembourser 450 millions d'euros au FMI aujourd'hui (Amundi)

le
5

Le plan d'aide accordé à la Grèce devrait permettre au pays de faire face à ses prochaines échéances.
Le plan d'aide accordé à la Grèce devrait permettre au pays de faire face à ses prochaines échéances.

L’accord trouvé lundi matin devrait permettre à la Grèce de faire face aux prochaines échéances financières prévues dans son calendrier, notamment celle du 20 juillet vis-à-vis de la BCE. D’autres échéances s’ajoutent néanmoins à celle-ci. Le pays doit par ailleurs toujours 1,6 milliards d’euros au FMI.

L’aide financière des pays européens prévue dans l’accord du 13 juillet (82 à 86 milliards d’euros étalés jusqu’en 2018) devrait permettre au pays de rembourser les prochaines échéances auxquelles il va faire face, même si le pays pourrait se retrouver en arriéré de paiement sur certaines échéances à très court terme.

La Grèce est déjà en situation de défaut de paiement vis-à-vis du FMI depuis le 30 juin. Alors qu’Alexis Tsipras demandait encore dimanche soir que le FMI ne participe pas au prochain plan d’aide, ce qui sous-entendait un non-remboursement définitif de cet arriéré de paiement, il semblerait que l’accord final aille dans le sens inverse. « Le FMI participera à nouveau à ce financement, ce qui implique que la Grèce lui paye son arriéré de paiement de 1,5 milliard d'euros », estimait ainsi Le Point en milieu de journée, approximant au passage la somme due.

Juillet : succession d’échéances d’ici le 20 juillet

En-dehors de cette somme, la Grèce doit aussi faire face à plusieurs échéances dès aujourd’hui et dans les jours à venir. Dans sa dernière lettre « Cross Asset Investment Strategy », Amundi dresse le calendrier des prochaines échéances à venir pour la Grèce :

- 13 juillet : paiement de 450 millions d’euros au FMI.

- 14 juillet : paiement de JPY 11,7 Mds (environ 85 millions d’euros) sur des emprunts en yen.

- 17 juillet : paiement de 71 millions d’euros d’intérêts sur des obligations 3 ans émises en 2014.

- 20 juillet : maturité de 3,5 Mds € d’obligations détenues par la BCE.

L'interrogation reste totale sur le remboursement d’aujourd’hui vis-à-vis du FMI : aucune communication n’a été faite pour l’instant de manière à savoir quel choix va faire le gouvernement grec à ce sujet. En l’absence d’information, cette somme pourrait s’ajouter à l’arriéré de paiement de la Grèce vis-à-vis de cette institution. Mais l'AFP expliquait en milieu de journée : "Dans l'urgence, la zone euro, dont les ministres des Finances se réunissent une nouvelle fois lundi à Bruxelles, va devoir trouver les moyens d'assurer un "pont" pour financer le pays à court terme, jusqu'au déblocage des fonds [de l'accord conclu en matinée]".

À ceci, s’ajoute le fait que le 31 juillet, l’agence de notation Moody’s actualisera la note qu’elle attribue au pays en termes de qualité d’emprunteur. Suite à l’accord trouvé lundi matin, cette note pourrait remonter de quelques crans. La note actuelle, « Caa3 », signifie un « risque de défaut de paiement très élevé » ou, selon une définition plus précise, une situation de « défaut, avec quelques espoirs de recouvrement ».

Août : nouvelle échéance auprès de la BCE

Au mois d’août, la Grèce devra encore rembourser 3,2 milliards d’euros d’obligations supplémentaires détenues par la BCE, mais d’autres échéances importantes précéderont cette date. Amundi dresse le calendrier suivant :

- 1er août : paiement d’intérêts de 175 millions d’euros au FMI (paiement le 5 août).

- 7 août : refinancement de 1 Md € de T-Bills.

- 14 août : refinancement de 1,4 Md € de T-Bills.

- 20 août : maturité de 3,2 Mds € d’obligations détenues par la BCE.

À noter qu’on ne sait pas encore exactement à quelles échéances le plan d’aide européen sera débloqué, ce qui laisse quelques questions en suspens quant aux dates exactes de remboursement des échéances les plus proches.

On remarquera au passage qu’en additionnant les échéances de remboursement à venir, et en y ajoutant l’arriéré de paiement au FMI, la somme due par la Grèce à ses créanciers d’ici la fin de l’été s’élève déjà à environ 10 milliards d’euros, soit une part non négligeable de l’aide supplémentaire accordée au pays jusqu’en 2018.

X. B.

Retrouvez tous les articles de la rédaction de Boursorama dans la rubrique dédiée.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • terior le lundi 13 juil 2015 à 16:54

    et vous croyez que les grecs vont accepter ? les émeutes ne vont plus tarder !

  • Pierusan le lundi 13 juil 2015 à 16:42

    angel001 : logique, le feuilleton grec, ça finira comme Pierrette et le pot au lait, et vous et moi (et d'autres citoyens) qui paieront ...le pot cassé.

  • SM7 le lundi 13 juil 2015 à 16:39

    C'est la structure de défaisance M.E.S qui va régler l'ardoise grecque.

  • Cambio17 le lundi 13 juil 2015 à 16:25

    Ah ! Le 20 Juillet c'est 4,5 milliards d'euros à la BCE et pareil en Aout...

  • angel001 le lundi 13 juil 2015 à 16:24

    Ca suffit les K.onneries relayées par la presse. La grèce ne remboursera rien. que dalle, nada.