La Grèce dit discuter positivement avec ses créanciers

le
0

ATHENES, 29 mars (Reuters) - La Grèce s'est montrée plutôt optimiste dimanche au sujet de ses discussions avec ses créancies internationaux, disant qu'elles s'étaient poursuivies tout au long du week-end, le pays étant engagé dans une course contre la montre pour aboutir à un accord avec le Fonds monétaire international (FMI) et l'Union européenne permettant le déblocage d'une nouvelle aide. Une source proche du dossier a dit mardi à Reuters que la Grèce serait à court d'argent dès le 20 avril si le pays n'arrive pas à convaincre ses partenaires européens de lui verser de nouveaux fonds. ID:nL6N0WQ3UU Le 20 février dernier les ministres des Finances de la zone euro avaient abouti à un accord de principe pour prolonger de quatre mois l'aide financière dont bénéficie la Grèce, sous réserve d'avoir sous les yeux une liste de mesures jugée satisfaisante. ID:nL5N0VU1O8 Des responsables gouvernementaux grecs ont déclaré vendredi qu'Athènes avait soumis à ses créanciers réunis au sein du "Groupe de Bruxelles" une liste détaillée de réformes censées assurer un petit excédent budgétaire primaire cette année. ID:nL6N0WT34Q "Aujourd'hui, les discusssions avec le Groupe de Bruxelles ont continué dans un bon climat de coopération", a déclaré un responsable, en référerence à l'Union européenne et au FMI. "Nous avons convenu de mettre en place une politique adaptée qui fera passer le poids de l'effort de ceux qui gagnent le moins à ceux qui gagnent le plus." La liste présentée vendredi regroupe des mesures qui doivent permettre d'augmenter les recettes de l'Etat de trois milliards d'euros cette année. PAS D'EXCÉDENT PRIMAIRE CETTE ANNÉE SELON DER SPIEGEL Selon le magazine allemand Der Spiegel, les créanciers d'Athènes pensent toutefois que la Grèce pourrait manquer son objectif de dégager un excédent budgétaire primaire cette année. Il y a deux semaines, le ministère grec des Finances a revu à la baisse l'estimation d'excédent budgétaire primaire pour 2014, la ramenant à 0,3% du produit intérieur brut (PIB) contre celle de 1,5% avancée par le précédent gouvernement. ID:nL6N0WI45Z Ce dernier avait dit qu'il arriverait à un excédent primaire, mesure qui ne prend pas en compte le service de la dette, de 3,0% du PIB en 2015. "Il ne restera probablement rien de cela", a dit une source, citée par Der Spiegel. Le magazine dit également que la Grèce a désormais besoin de 20 milliards d'euros pour ne pas être étranglée financièrement, un chiffre qu'a refusé de commenter un porte-parole du ministre des Finances Wolfgang Schaeuble. Le nouveau gouvernement grec, qui a promis avant sa victoire électorale du 25 janvier de tourner le dos aux politiques d'austérité mises en oeuvre en échange de l'aide internationale, a déjà présenté le mois dernier une première liste de réformes qui n'a guère satisfait les créanciers du pays. Le Premier ministre Alexis Tsipras a dit, dans le cadre d'un entretien publié par le journal Real News que les problèmes de liquidités du pays seraient réglés immédiatement après un accord définitif avec ses créanciers, ajoutant qu'il ne cherchait pas la confrontation avec l'Europe. L'Etat grec cèdera sa participation majoritaire dans le port du Pirée dans les semaines à venir, à dit le vice-Premier ministre grec Yannis Dragasakis, cité par l'agence de presse Chine nouvelle, des propos qui vont à l'encontre de la position adoptée par le gouvernement juste après son arrivée au pouvoir. ID:nL6N0WV0M8 La ministre des Finances adjointe Nadia Valavani avait dit il y 12 jours que la Grèce allait transformer l'organisme chargé des privatisations en fonds d'investissement souverain dont les produits serviront à financer les dépenses sociales et non à réduire la dette publique. ID:nL6N0WJ2NT (Costas Pitas, avec la contribution de Michael Nienaber et Gernot Heller, Benoit Van Overstraeten pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux