La Grèce devrait atteindre ses objectifs budgétaires 2013-14

le
2
ATHÈNES ATTEINDRA SES OBJECTIFS BUDGÉTAIRES EN 2013 ET 2014, ESTIME LA COMMISSION EUROPÉENNE
ATHÈNES ATTEINDRA SES OBJECTIFS BUDGÉTAIRES EN 2013 ET 2014, ESTIME LA COMMISSION EUROPÉENNE

ATHÈNES/BERLIN (Reuters) - La Grèce atteindra ses objectifs budgétaires cette année et l'an prochain, mais Athènes devra réaliser de nouvelles économies pour faire face aux exigences de ses bailleurs de fonds pour 2015 et 2016, estime la Commission européenne dans un rapport.

Les ministres de Finances de la zone euro doivent se rencontrer ce lundi à Bruxelles pour approuver le versement de 7,5 milliards d'euros d'aide à la Grèce à la suite d'une évaluation positive de l'Union européenne et du Fonds monétaire international (FMI) sur l'état des finances du pays.

La nouvelle coalition au pouvoir a mis en oeuvre les mesures d'austérité exigées par l'UE et le FMI et a dépassé ses objectifs budgétaires pour 2012, affirme le rapport de la Commission daté du 7 mai et publié à Athènes lundi.

Athènes a pris toutes les mesures nécessaires pour atteindre les objectifs 2013 et 2014, ajoute la Commission, qui prévoit un budget primaire (hors intérêts de la dette) équilibré cette année et un excédent primaire équivalent à 1,5% du PIB en 2014.

"Des mesures ont été prises pour atteindre les objectifs (...) en 2013 et 2014", indique le rapport de 11 pages.

Sous la pression de ses créanciers internationaux, Athènes a réduit son déficit budgétaire des deux tiers depuis 2009, à environ 6% du produit intérieur brut cette année.

Mais la Grèce doit trouver de nouvelles économies pour atteindre les objectifs plus ambitieux d'un excédent primaire de 3% du PIB en 2015 et de 4,5% en 2016, précise le rapport. Le pays doit ainsi réaliser de nouvelles économies de 1,8% du PIB en 2015 et 2,2% en 2016 pour répondre à ces exigences, dit-il.

Toute exigence de nouvelles mesures d'économies pourrait créer des tensions entre Athènes et ses créanciers. La fragile coalition au pouvoir estime que la société grecque ne pourrait tolérer de nouvelles mesures d'austérité après trois années de réduction drastique des dépenses de l'Etat et des salaires.

Athènes et ses créanciers reverront les estimations sur le montant du déficit budgétaire et engageront des discussions sur les mesures à prendre cet automne, précise le rapport.

Les mesures d'austérité adoptées depuis le premier plan d'aide de l'UE et du FMI à la Grèce mi-2010 ont porté le taux de chômage à 27% et entraîné des baisses d'un tiers du revenu moyen disponible et de près d'un quart du PIB grec entre 2008 et 2013.

En revanche, dans un rapport publié le 3 mai et obtenu par Reuters lundi à Berlin, les bailleurs de fonds de la Grèce sont plus sévères sur les avancées en matière de privatisation.

L'UE, la Banque centrale européenne et le FMI indiquent dans ce document que l'objectif de revenu des privatisations pour cette année a été ramené de 2,6 à 2,0 milliards d'euros.

"Des progrès ont été réalisés dans la préparation des actifs à privatiser, mais le rythme du processus de privatisation n'est toujours pas satisfaisant," dit le rapport.

La "troïka" estime en outre que la Grèce devra patienter plusieurs années avant de pouvoir à nouveau se financer sur les marchés financiers après les derniers versements d'aide prévu en 2014. Athènes a fait savoir qu'elle espérait revenir sur les marché obligataires à la fin de cette année.

Harry Papachristou à Athènes et Matthias Sobolewski; à Berlin, Juliette Rouillon pour le service français, édité par Véronique Tison

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8637171 le lundi 13 mai 2013 à 15:57

    beaucoup de gens nous parlent d'austérité. mais de quelle austérité s'agit-il ?Que je sache les fonctionnaires ont la garantie de l'emploi et des salaires! par contre le privé lui trinque parce que les hommes politiques ont pratiqué la corruption et le clientélisme dans la fonction publique. Alors oui il faut l'austérité dans la fonction publique et l'alléger dans le privé!

  • M8637171 le lundi 13 mai 2013 à 15:56

    beaucoup de gens nous parlent d'austérité. mais de quelle austérité s'agit-il ?Que je sache les focntionnaires ont la garantie de l'emploi et des salaires! pqar contre le privé lui trinquent parce que les hommes politiques ont pratiqué la corruption et le clientélisme dans la faonction publique. Alors oui il faut l'austérité dans la fonction publique et l'alléger dans le privé!