La Grèce dans une spirale infernale, économique et politique

le
0
DÉCRYPTAGE - Dans l'histoire contemporaine, aucun pays n'a reçu d'aide financière aussi massive que la Grèce.

À court terme, il n'est guère contestable que la formation à Athènes d'un gouvernement d'union nationale soit une bonne nouvelle, à la fois pour la Grèce et pour la zone euro. Le nouveau cabinet va pouvoir en effet très ­rapidement faire adopter par le Parlement, à une large majorité, le plan de sauvetage élaboré lors du sommet européen de Bruxelles du 27 octobre dernier (130 milliards d'euros de prêts bonifiés supplémentaires à la Grèce, effacement de 50% de la dette souveraine grecque détenue par les banques) et éviter ainsi l'exclusion du pays de la zone euro. Ensuite, le gouvernement sera en mesure de recevoir les 8 milliards d'euros de la sixième tranche du premier «paquet» obtenu par la Grèce en mai 2010 (110 milliards de prêts de la part du FMI et des pays de l'Eurogroupe).

Faute de cet influx d'argent frais, l'État grec ne serait pas ca­pable d'honorer ses échéances du mois de novembre. Enfin, il sera en mesure de faire voter le budget 2012 et

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant