La Grèce cherche une solution politique

le
0
L'explosion du chômage, les caisses vides de l'État et la peur d'une sortie de l'euro poussent au retour à la raison.

Les représentants des comités olympiques grec et britannique ont accueilli avec le sourire, jeudi, les officiels qui se sont rendus à Olympie, dans le Péloponnèse, pour l'allumage de la flamme olympique. Mais la crise politico-économique qui pèse sur la Grèce a terni la cérémonie, célébrée selon le culte antique et retransmise dans le monde entier. Au même moment, à Athènes, les partis politiques grecs continuaient à se passer le témoin du pouvoir exécutif comme une patate chaude.

Après Antonis Samaras, dirigeant de la Nouvelle Démocratie (ND, droite), et Alexis Tsipras, de la coalition de gauche radicale Syriza, c'est au tour d'Evangelos Venizélos, le dirigeant du Pasok, socialiste, de tenter sa chance pour former un gouvernement de coalition. «Cette mission est des plus difficiles parce que le Pasok incarne la crise économique en Grèce. C'est le parti qui a entériné la tutelle budgétaire du pays par l'UE et le FMI. Même si l'intention était bonne, il aura

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant