La Grèce a identifié 11,7 milliards de coupes budgétaires

le
0
LA GRÈCE A IDENTIFIÉ 11,7 MILLIARDS D?EUROS DE COUPES BUDGÉTAIRES
LA GRÈCE A IDENTIFIÉ 11,7 MILLIARDS D?EUROS DE COUPES BUDGÉTAIRES

ATHENES (Reuters) - Le gouvernement grec a recensé des mesures d'austérité représentant un montant global de 11,7 milliards d'euros, qui vont être soumises à l'approbation des dirigeants de la coalition gouvernementale, a annoncé mardi le ministre des Finances.

La Grèce doit apporter à l'Union européenne (UE) et au Fonds monétaire international (FMI) la preuve de sa détermination à mettre en oeuvre des réformes et à imposer des coupes dans ses dépenses publiques pour obtenir le versement d'une nouvelle tranche du plan d'aide de 130 milliards d'euros qu'ils lui ont accordé en mars.

"Nous avons abouti sur le plan", a dit le ministre des Finances, Yannis Stournaras, après une réunion avec le Premier ministre, Antonis Samaras.

La majeure partie des 11,7 milliards d'euros de coupes identifiées dans les dépenses budgétaires devrait relever du ministère du Travail car elle concernera les retraites et la santé.

Des représentants du ministère des Finances avaient déclaré la semaine dernière qu'Athènes devrait trouver deux milliards d'euros supplémentaires d'économies sur les deux prochaines années pour compenser l'impact de certaines autres mesures sur les recettes fiscales.

Antonis Samaras doit rencontrer mercredi la direction du Pasok, le Parti socialiste grec, et celle de la Gauche démocratique, deux membres de la coalition, pour débattre de ce plan.

Leur feu vert est crucial avant le retour à Athènes de la "troïka" composée de l'Union européenne, du FMI et de la Banque centrale européenne (BCE), attendu début septembre pour faire le point sur les progrès en cours.

Il faudra ensuite quelques semaines à la mission de la troïka pour rédiger son rapport, a déclaré un responsable de l'UE lundi.

L'Eurogroupe des ministres des Finances de la zone euro pourrait étudier ce rapport lors d'une réunion prévue le 8 octobre à Luxembourg. Il pourrait alors débattre de la demande grecque d'un délai supplémentaire de deux ans pour atteindre les objectifs de réduction du déficit fixés par le plan de sauvetage.

Lefteris Papadimas, Marc Angrand pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux