La grande histoire du Kaizer de Soweto

le
0
La grande histoire du Kaizer de Soweto
La grande histoire du Kaizer de Soweto

De joueur professionnel à président fondateur d'un club de football, il n'y a qu'un pas. Un pas gigantesque, certes, mais un pas qu'a franchi Kaizer Motaung en 1970 en donnant naissance au Kaizer Chiefs Football Club à Soweto. Il s'agit aujourd'hui du club de football le plus populaire d'Afrique du Sud.

Il n'est pas rare de voir d'anciens joueurs professionnels de football se reconvertir dès la fin de leur carrière dans une autre branche du ballon rond. Zinédine Zidane est devenu entraîneur, Bixente Lizarazu est devenu arrogant, et Christophe Dugarry est devenu le premier commentateur au monde à ne pas voir la même chose que les téléspectateurs, surtout quand il s'agit de matchs impliquant une équipe italienne. Il est en revanche beaucoup plus rare de voir un joueur de football encore en activité préparer sa retraite.

C'est pourtant ce qu'a fait Kaizer Motaung en 1970, à seulement 26 ans, en créant son propre club de football et en devenant le président. En Afrique du Sud, on a coutume de dire que les Kaizer Chiefs ne jouent pas le moindre match à l'extérieur. 46 ans plus tard, Motaung est toujours à la tête de son club, et peut se vanter d'en avoir fait le club le plus supporté d'Afrique du Sud, à tel point qu'on a coutume de dire là-bas que les Amakhosi (les " chefs " en zulu) ne jouent pas le moindre match à l'extérieur. Jusqu'à son dernier souffle, Kaizer Motaung aura la joie de voir évoluer un club qui porte son nom. La classe.

Le derby de Soweto : père et fils, l'amour vache

De Soweto à Atlanta


Né le 16 octobre 1944 à Soweto, Kaizer découvre rapidement une passion pour le ballon rond. Poussé par son père, il intègre les Orlando Pirates à l'âge de 16 ans. En quelques mois seulement, il devient une star de l'équipe première. Buteur hors pair, il est acclamé par le tout Soweto. En 1968, Kaizer a 24 ans. Sur les conseils de son entourage, il part en Zambie participer à des détections organisées par nul autre que Phil Woosnam, ancien joueur de West Ham alors manager de la franchise NASL des Atlanta Chiefs. Kaizer tape dans l'œil des Américains et est finalement recruté par les Chiefs. Il quitte alors la chaleur de l'Afrique du Sud pour l'immensité bien plus froide d'Atlanta, capitale de l'État de Géorgie. Le changement est radical, et son adaptation compliquée, d'autant plus qu'il ne peut pas jouer dès son arrivée : une blessure contractée lors de son match d'adieu aux Pirates le tient…





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant