La Grande Guerre lance «un appel à la vigilance»

le
0
INTERVIEW - Ancien chef d'état-major de l'armée de terre, le général Elrick Irastorza, qui préside la mission du centenaire de la Première Guerre mondiale, analyse la signification de la séquence mémorielle qui s'ouvre avec la commémoration de l'armistice.

LE FIGARO. - Comment s'inscrit le 11 Novembre dans le cycle des commémorations?

Général Elrick IRASTORZA. - Les Français ont deux grands rendez-vous traditionnels. Le 11 Novembre, ils ont rendez-vous avec leur mémoire, le 14 Juillet, avec leur histoire. Ces deux dates serviront à lancer la dynamique mémorielle dans laquelle nous entrons. Le 11 novembre 2013 revêt un caractère particulier: c'est le 70e anniversaire du défilé des maquisards de l'Ain, en 1943 à Oyonnax, qui venaient rendre un hommage à leurs aînés de la Grande Guerre. Le pont entre les deux conflits est établi. On a parfois opposé les commémorations des deux guerres mondiales, c'est un tort. Pour deux...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant