La grande division des socialistes à La Rochelle

le
4
La grande division des socialistes à La Rochelle
La grande division des socialistes à La Rochelle

Tendue, très tendue. Derrière les sourires et les mines bronzées, l'université d'été du PS, qui s'est ouverte hier à La Rochelle (Charente-Maritime), subit de plein fouet le contrecoup des dernières péripéties gouvernementales. Du remaniement express (exit Montebourg, Hamon et Filippetti) au recul sur l'encadrement des loyers annoncé hier par le Premier ministre, en passant par la standing ovation réservée à ce dernier par le Medef mercredi, les militants socialistes se pincent pour y croire.

Cambadélis prêche pour le « progressisme »

Ils regardent incrédules défiler devant leurs yeux à une vitesse accélérée les images d'un scénario dont ils redoutent tous la fin. Un éclatement du PS dans les mois qui viennent ? Certains militants et cadres socialistes n'écartent plus cette hypothèse suicidaire pour la gauche. Même si nombreux, y compris parmi les frondeurs, sont aussi ceux qui désapprouvent l'attitude provocatrice qu'a eue Arnaud Montebourg à la Fête de la rose à Frangy-en-Bresse.

Le premier à avoir senti le danger est le patron du PS, Jean-Christophe Cambadélis. Rompu à la vie des partis, il s'est immédiatement employé à circonscrire l'incendie qui s'est déclarer dans la « vieille maison » socialiste. Il a appelé ses camarades à ne pas surjouer leurs différences et tente d'embarquer tout le monde dans le grand camion des états généraux des socialistes pour un voyage qui doit revisiter ce qu'il appelle le progressisme. Vu les grimaces de certains responsables, il n'est pas certain que le projet suffise à rassembler les socialistes...

Manuel Valls a-t-il frappé trop fort ? Une certitude, le Premier ministre, qui aura le délicat honneur de clore demain l'université d'été, s'est employé jeudi, lors d'un premier passage à La Rochelle, à arrondir les angles et à serrer toutes les mains, amies ou ennemies. Surtout, il se garde bien de contredire Cambadélis lorsque ce dernier répète à qui veut ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • knbskin le samedi 30 aout 2014 à 10:01

    Comme ces gens ne sont d'accord sur RIEN, ils ne peuvent s'entendre que sur des brimborions sans contenu concret : la "justice sociale", l'"antiracisme", l'"antifascisme", les "valeurs" ... Autant de termes grandiloquents dans lesquels chacun met ce qu'il veut. Mais pour passer à l'action, c'est une autre paire de manches. Venez avec nous, à "Nous Citoyens", on travaille sur du concret, et on l'écrit ... :D

  • mipolod le samedi 30 aout 2014 à 09:53

    La dissolution approche à grands pas !

  • M3890093 le samedi 30 aout 2014 à 09:22

    Il savent s'unir pour prendre le pouvoir, mais après ? après, c'est du grand n'importe quoi et du chacun pour soit, la france paye l'adition.

  • bordo le samedi 30 aout 2014 à 09:09

    C'est formidable. Ce sont eux qui pensaient disposer des verts comme de troupes supplétives et bim ! Les voilà atteints par le virus vert : ils se déchirent sous l'œil incrédule des français qui assistent stupéfiés à ces querelles de chapelle alors que le pays va mal. Car si cela marche, peu importe que la mesure soit considérée "de gauche" ou "de droite", enfin ! Si le pays est remis sur les rails au lieu de faire des lois qui divisent le pays ? Le dogmatisme nous tuera.