La grande crainte des Français de Londres

le
1
La grande crainte des Français de Londres
La grande crainte des Français de Londres

Londres (Grande-Bretagne)

De notre envoyé spéc

Une odeur de croissant flotte sur Bute Street, la rue de Londres où l’on croise (presque) autant de Français au mètre carré que sur un grand boulevard parisien. Une boulangerie, une librairie, un salon de coiffure dénommé Allure, un restaurant qui propose des camemberts rôtis, des escargots et un petit salé aux lentilles : ici, tout rappelle l’Hexagone aux 200 000 à 300 000 expatriés qui vivent dans la capitale londonienne.

 

Mais ces dernières semaines, bien avant le meurtre sauvage de la députée Jo Cox, l’inquiétude a saisi ce quartier de South Kensington qui abrite également le centre culturel français, le lycée Charles-de-Gaulle et le siège de l’ambassade. « On a tous la frousse que la Grande-Bretagne quitte l’UE après le référendum, résume Pierre, élève en terminale S. C’est le sujet de conversation no 1, en classe, depuis des mois mais aussi dans nos familles. Personne ne sait ce qu’un Brexit signifierait pour nous concrètement. Deviendrons-nous des immigrés ? »

 

Ce qui tracasse surtout les Frenchies, c’est la perspective de devoir multiplier les démarches administratives, d’être obligé de réclamer un visa pour chaque voyage. « Là, on grimpe dans l’Eurostar, on passe vite fait la douane et les contrôles, c’est clair et simple. Si nous perdons le droit de circuler librement, certains d’entre nous seront peut-être tentés de rentrer en France », râle Marine, employée dans une entreprise de luxe qui vit en colocation avec cinq autres jeunes Français dans le quartier de Marylebone, près de la gare de Paddington. Aujourd’hui, les ressortissants de l’UE qui vivent au Royaume-Uni peuvent y travailler à leur guise, sans permis et avec un accès illimité au service de santé. En cas de Brexit, les Français — comme les autres — pourraient être obligés de demander une carte de résident, statut forcément plus ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7097610 il y a 6 mois

    je comprends les anglais de vouloir récupérer leurs trottoirs en mettant à la porte ces français mal élevés ! Je parie qu'ils ne ramassent même pas les crottes de leurs chiens comme à Paris, capitale mondiale de l'étron.