La Grande-Bretagne se dote d'une force de "cyberdissuasion"

le
0

(Actualisé avec nouvelles citations, précisions) CHELTENHAM, Angleterre, 17 novembre (Reuters) - Les services de renseignement britanniques sont en train de se doter de moyens informatiques offensifs pour combattre aussi bien les djihadistes, que les hackers et autres pays hostiles qui menacent les intérêts nationaux, a annoncé mardi le ministre des Finances, selon lequel le groupe Etat islamique s'apprête à passer à l'action sur ce terrain. "Nous devons faire de la dissuasion dans le cyberespace. Il ne s'agit pas que de nous défendre, mais de dissuader les gens et les Etats de s'en prendre à nous. Nous construisons nos propres cybercapacités offensives", a déclaré George Osborne, qui s'exprimait au Government Communications Headquarters (GCHQ), l'agence chargée notamment des écoutes, à Cheltenham, dans le sud de l'Angleterre. Les djihadistes, a-t-il poursuivi, utilisent déjà internet pour diffuser leur propagande, recruter et coordonner leurs attentats. "Ils n'ont pas encore pu l'utiliser pour tuer en s'attaquant à nos infrastructures (...), mais nous savons qu'ils en ont l'intention et qu'ils font tout leur possible pour y parvenir". "Les enjeux ne peuvent pas être plus importants. Si notre réseau électrique, nos contrôles aériens ou nos hôpitaux faisaient l'objet de piratages informatiques, les conséquences pourraient se mesurer non seulement en termes de pertes économiques mais de pertes humaines", a souligné George Osborne. Le ministre des Finances a promis le quasi doublement des investissements publics dans la cybersécurité, qui seront portés à 1,9 milliard de livres (2,7 milliards d'euros) d'ici 2020. Le Premier ministre David Cameron avait annoncé la veille une hausse de 15% du budget des services de renseignement. (Michael Holden, Jean-Philippe Lefief pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant